Accueil Editoriaux Discrimination dans le racisme opéré par l’Éducation nationale
Editoriaux - Education - International - 31 août 2016

Discrimination dans le racisme opéré par l’Éducation nationale

Et voilà la rentrée scolaire qui approche à grands pas. Nul doute que cette année sera la plus décisive pour madame  : il va lui falloir frapper un grand coup pour faire rentrer aux forceps dans nos chères têtes blondes (pardon ! brunes, rousses et châtains… et même blanches, car certaines personnes reprennent tardivement le chemin de l’école : évitons les discriminations !) toutes les idéologies gauchistes et maçonniques, dans les derniers hoquets du sanglant quinquennat de monsieur Hollande.

Allons donc voir sur le site de l’Éducation nationale ce qu’elle nous prépare. Et c’est immanquable ! Sur la page d’accueil, nous pouvons cliquer sur le lien « #debout contre le racisme » : ô surprise ! Dès la page d’accueil de ce lien, l’enseignant que je suis a bondi sur sa chaise, non de joie, mais de douleur une nouvelle fois. Les seuls logos des associations partenaires de cette « grande cause nationale » sont toutes de gauche ou d’extrême gauche : Ligue des droits de l’homme (LDH), Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), sans oublier, bien sûr, Touche pas à mon pote… Toutes associations qui militent davantage pour que la France exclue ses indigènes et devienne la terre des immigrés (et si possible musulmans) que contre le racisme à proprement parler.

Mais admettons : accordons le bénéfice du doute à ces associations et veuillons bien croire qu’elles se battent effectivement contre le racisme. Sont-elles les seules, pour autant, à le faire ? N’existerait-il, en France, aucune autre association de droite, ou laïque, ou chrétienne contre le racisme ? Si un seul nom devait me venir à l’esprit, ce serait celui de l’Alliance générale contre le racisme et pour l’identité française et chrétienne (AGRIF). Oui, mais voilà : il faudrait reconnaître que des étrangers (oserai-je dire des islamistes ?) puissent être racistes envers des Français ou des chrétiens. Or, on sait qu’en vertu des races qui n’existent pas selon la gauche (pourquoi, alors, cette dernière accepte-t-elle encore de parler de « racisme » ?), ne peut être raciste qu’un Français envers des juifs, des musulmans, des Noirs ou autres personnes appartenant peu ou prou à des nationalités étrangères, non le contraire : le racisme serait-il donc à sens unique ?

Madame Vallaud-Belkacem, voulez-vous vous battre contre le racisme ou contre la France ? Pour ma part, il est certain que je me battrai contre le racisme, et notamment contre le vôtre, lorsque vous excluez de facto une des formes de racisme qui prend de l’ampleur sous votre égide.

À lire aussi

C’est quoi, une famille ?

De tout temps, la question de la famille ne repose pas sur le sentiment de l’amour, mais p…