Ils nous ont volé notre émotion. Ils ont tué notre recueillement. Ils ont pulvérisé un élan pacifique et commun comme on n’en avait plus vu depuis une décennie. Le Parti socialiste a décidé d’exclure de facto un quart des Français du grand rassemblement de dimanche.

Je suis en colère. Je ne suis pas militant du Front national comme je ne le suis pas plus du PS, de l’UMP, d’ ou du MoDem. Pourtant, je me retrouve par la force des choses solidaire de ces Français jugés trop sales pour se recueillir sur les victimes de cet odieux attentat.

Je ne partageais pas plus certaines unes excessives de Charlie Hebdo et, pourtant, j’ai spontanément, comme la majorité de mes compatriotes, été pris d’une émotion quasi instantanée. J’aime notre liberté, toute notre liberté, qu’elle soit celle de Charlie Hebdo, d’Éric Zemmour, de Jean-Luc Mélenchon, de Dieudonné ou même d’Alain Soral. La est là pour condamner les appels à la haine, le PS n’est pas là pour inventer des délits de « mal penser ».

Je suis en colère contre ce Parti socialiste qui instrumentalise cet événement afin de politiser une marche pacifique. Je suis en colère car plus jamais on ne pourra dire que la et la gauche, ce n’est pas pareil et qu’il n’y a pas d’« UMPS ». Marine Le Pen a gagné. La République a perdu.

En faisant cela, le Parti socialiste désigne clairement le mauvais ennemi, en faisant passer le message sous-jacent que le FN pourrait être le responsable du climat qui a mené à cette atrocité. C’est non seulement factuellement faux, mais lorsque sera venu le temps de réfléchir aux causes de ce crime, ce parti devra affronter ses propres responsabilités.

Julien Dray nous tweete que le FN reste marqué par son histoire. Pour un socialiste, les individus doivent donc restés stigmatisés pour leur histoire ? Marine Le Pen doit-elle payer pour les dérapages de son père ou ceux de militants à de l’extrême droite ? Monsieur Dray, doit-on alors vous rappeler sans cesse vos différentes mises en cause par la justice ? Doit-on sans arrêt reparler de la condamnation d’Harlem Désir ou de monsieur Cambadélis ? Comment exiger (à juste titre) que l’on n’amalgame pas les musulmans avec ces terroristes quand on pratique soi-même la ségrégation selon les idées politiques ? Derrière chaque musulman ne se cache pas un terroriste et derrière chaque frontiste ne se cache pas un néo-nazi, Messieurs les (petits) politiques.

Vous êtes la honte de notre pays. Le monde nous regarde et vous montrez une nouvelle fois votre visage de haine et de mépris envers des Français que VOUS avez appauvris, délaissés et méprisés. Comme j’ai fêté le Nouvel An avec des amis socialistes, UMPistes, frontistes et écologistes (vous savez, le genre de Nouvel An qui vous gêne), j’aurais aimé me recueillir collectivement avec des gens dont je me fous de la ou de l’appartenance politique, mais même ça, vous me le volez. Car oui, Messieurs les socialistes, dimanche je serai solidaire avec d’autres personnes dont je ne partage pas forcément les idées mais que vous avez salis. Dimanche, je serai frontiste, moi aussi victime à mon tour de l’exclusion de ma République que j’aime, celle que vous tuez depuis trois ans. Dimanche, nous serons tous un peu frontistes. Marine Le Pen vous dit merci pour ce cadeau de nouvelle année.

11 janvier 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.