Dans la longue histoire des menaces terroristes, c’est inédit. Le château de Versailles a été évacué, ce dimanche 22 octobre, pour la septième fois consécutive en huit jours après une alerte à la bombe.


Les soutiens du Hamas cachés derrière l’anonymat de leur téléphone ont dès l’assaut contre Israël ciblé ce monument emblématique ainsi que le Louvre à Paris. Soit les deux résidences royales qui font encore, des siècles après leur érection, rayonner le prestige de la France auprès des visiteurs français ou étrangers. Le 19 octobre, Dupond-Moretti a tonné - c’est ce qu’il sait faire de mieux -, traitant de « guignols » les auteurs de ces alertes et promettant les foudres de la Justice.

Comme d’habitude, le garde des Sceaux est à côté de la plaque. Des farceurs, ceux qui soutiennent en France les islamistes du Hamas et connaissent suffisamment les systèmes informatiques pour échapper (ou tenter d’échapper) à la police qui cherche à les identifier ? Vraiment ? Faire sauter Versailles, ils en rêvent suffisamment pour décrocher leur téléphone et semer la panique.

Ces soi-disant « guignols » savent ce qu’ils font. Versailles, objet de tous les soins du Roi-Soleil, n’a cessé de dire aux ambassadeurs et aux rois étrangers, aux Français et aux touristes ce qu’est la France, ce qu’elle fut et ce qu’elle demeure dans les vicissitudes : un grand pays. Ce n’est pas un hasard si Emmanuel Macron va régulièrement, comme ses prédécesseurs, chercher sous ses dorures et ses plafonds peints un peu de cette hauteur et de ce prestige - le seul qui lui reste. « Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts ; les morts, au contraire, instruisent les vivants », disait Chateaubriand. Il en est de même des bâtiments.

Comme les morts, Versailles et le Louvre racontent silencieusement les racines de ce pays et de ce peuple. Déclencher une alerte à la bombe en ces lieux, ce n’est pas (encore) faire exploser le bâtiment, certes, mais c’est évoquer ce geste, en rêver, le dessiner, le singer en quelque sorte, l’appeler de ses vœux. C’est humilier le pays dont ils portent la nationalité ou qui les accueille. C’est le menacer des foudres de l’islamisme. C’est se jouer de la police, de l’État, de la Justice, des symboles de la France, de l’Histoire de ce pays et de son rayonnement. C’est montrer une hostilité frontale aux lieux du pouvoir et à ce qu’ils représentent : un pays et un peuple. C’est montrer une fois de plus à quel point l’immigration a enfoncé profondément chez nous un coin d’acier : chaque événement, chaque attentat, chaque mort crapuleuse, chaque alerte à la bombe, chaque église saccagée, chaque « Marseillaise » méprisée et sifflée, chaque femme et chaque homme outragés dans la rue ou dans les cours d’école parce qu’il sont français montre à quel point la haine de ce que nous sommes s’enfonce dans la souche France, pour la faire éclater.

« Je raserais le château de Versailles ! »

Ces habitants d’une France pour laquelle ils n’éprouvent que de la haine et qu'ils menacent alors que tant de familles françaises ont donné leur sang pour le drapeau méritent-ils le nom de Français ? Ils révèlent au passage d’autres fractures. Ceux qui rêvent de faire sauter Versailles sur fond de conflit israélo-palestinien partagent cette idée sympathique et bienveillante avec d'autres. En novembre 2016, sur le plateau de BFM TV, le journaliste Jean-Michel Aphatie coupait le débat en cours pour interroger : « Si j’étais élu président de la République, savez vous la première mesure que je prendrais ? Je raserais le château de Versailles ! Ce serait ma mesure numéro un pour que nous n’allions pas là-bas en pèlerinage cultiver la grandeur de la France. » Évidemment, Aphatie n’est pas un partisan du Hamas, mais l’idée est la même, clairement exprimée : raser le château de Versailles pour en finir avec la grandeur de la France. Même symbole, même objectif. Comme la France des immigrés, une certaine France médiatique et intellectuelle rêve d’en finir avec la grandeur du pays qui les a vus naître. « La France ne peut être la France sans la grandeur », disait de Gaulle. Ce genre de clients ne s’intéresse plus à la France que pour exprimer leur hâte de la détruire.

La césure est ainsi plus nette que jamais : les soutiens du Hamas, comme les wokistes gauchisants ou extrême-gauchisants, sont liés, nolens volens, par leur opposition commune à « la grandeur de la France ». Jamais, peut-être, le fossé n'aura été si profond et si net entre ceux qui aiment la France, ses monuments, son Histoire, son peuple et son identité, et ceux qui la haïssent.

12438 vues

22 octobre 2023 à 20:29

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

39 commentaires

  1. Pour apathie en n°1, raser le château de Versailles. On devine le n°2, ensuite « s’occuper » des Français. Pour les islamistes c’est un peu le même combat. En n°1 éradiquer le peuple Juif, en n°2, « s’occuper » des Chrétiens. Ces deux-là devraient faire liste commune aux européennes, ils ont le même programme et ils feraient un malheur (dans tous les sens du terme) dans les banlieues !

  2. Au lieu d’évacuer sans cesse le Château de Versailles ou autres lieux de visites à cause de ces multiples alertes à la bombe, il serait plus intelligent que notre Gouvernement fasse preuve d’AUTORITE en EVACUANT de toute urgence les individus qui font ça. Quelques exemples de ce genre porteraient leurs fruits avec certitude plutôt que de les sanctionner de quelques mois de prison avec sursis (MDR). Cette autorité à la sauce chamallow doit bien plus les faire rigoler que trembler de peur.

  3. L’auteur de cette fausse alerte au château de Versailles s’en tire avec un peu de prison avec sursis !
    Les bras m’en tombent !

  4. Je donnerai mon sentiment sur trois points (de détail … dans le sens d’essentiels)
    1. L’abominable déclaration de cet abject individu qui voudrait faire raser un des joyaux de notre pays, devrait être qualifiée de « crime d’état ». Et dire qu’on a envoyé maintes fois devant les tribunaux un chef de parti pour de simples jeux de mots ou calembours (pas toujours des plus distingués certes, mais tout de même) …
    2. « Des guignols », une bien belle façon de nommer ces malfrats (on n’avait pas entendu tel depuis les « sauvageons » de Chevênement) qui font du chantage et parvienne à faire tomber dans le panneau nos dirigeants pusillanimes.
    3. Si je devais visiter le Château de Versailles, hors de question que j’en sorte avant la fin de ma visite et absolument prêt à signer une décharge déresponsabilisant totalement l’autorité en charge du monument. Et tant pis si j’y reste. Soit je me serais sacrifié par « amour » pour notre patrimoine, soit, suprême bonheur, j’aurais eu le plaisir de visiter le château en parfaite quiétude (loin des brouhahas de la foule).

  5. CLO
    Monsieur Apathie a eu le courage, en ayant quitté l’école à 14 ans, de reprendre des études et devenir journaliste. Il serait difficile de comptabiliser les journaux, radios ou TV ou il a pu s’exprimer. Il pourrait reprendre à son compte une pensée attribuée à Léon Zitrone :
    « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ! »
    Question subsidiaire. Si un des détraqués qui s’intéressent à la santé de Versailles passait à l’acte et détruisait Versailles, est-ce que Mr Apathie serait emprisonné pour avoir appelé à commettre cette acte ?

  6. Il est évident que Versailles fait encore de l’ombre à beaucoup . Il y a actuellement une entreprise de démolition de tout ce qui a fait et fait la France sa langue ses gloires ses monuments ses cathédrales . Étant les héritiers ne nous conduisons pas en enfants gâtés et réagissons quand il en est encore temps c’est le travail de chacun et ensemble ou séparément faisons face à la guerre qui est en marche et a pour but de nous détruire.

  7.  » montre à quel point la haine de ce que nous sommes s’enfonce dans la souche France, pour la faire éclater. » Et ça ne date pas d’aujourd’hui. Giscard a apporté les outils, Mitterrand a fait tracer le chantier pas ses esclaves, comme d’hab, et Chirac, avec la finesse qui le caractérisait, y est allé à fond dans la repentance, à grand coups de masse. Les suivants n’ont fait que suivre la trace, mais toujours sous l’œil de Washington et la surveillance de Soros.

  8. Il se dit que les appels partent de Suisse. Les autorités françaises connaissent l’adresse IP mais… ne peuvent rien faire car il faut l’accord de ! ? L’impuissance donc pour le moment. Imaginons une situation de guerre… Je n’ose même pas y penser.

    1. Les fausses alertes à la bombe de Versailles et du Louvres ne sont qu’un entraînement pour les jeux olympiques.

      1. Je n’ose imaginer ce qui se passera lors des JO dans moins de 10 mois. Entre cette guerre avec le Hamas et les milliers de migrants, ce sera infernal. D’autre part, si on veut sécuriser les JO, on y mettra toute la police disponible au détriment des autres zones laissées sans aucune protection. La criminalité augmentera alors de manière exponentielle…

    2. Bonjour Roswall, Une situation de guerre ? Mais si les russes arrivaient chez nous avec leurs chars T-14, on leur mettrait des amendes pour défaut de clignotant. On ne peut renvoyer les OQTF sans un changement de la constitution et des lois mais le Mali, le Burkina et le Niger nous en viré en cinq minutes.

  9. Après les anglais au stade de France, maintenant les « petits plaisantins » seraient en Suisse !
    La Suisse pays extra européen où il serait très compliqué d’intervenir, voire impossible ! Mais on nous prend vraiment pour des gogos (pour rester poli) !!!

  10. suite du message, c’est une forme d’appel à la haine lui qui est biberonné avec l’argent public 240 000 euros annuels en 2015, quand aux pertes dues aux alertes à la bombe, il y a un budget de 54 millairds d’euros de frais des immigrés, reportez donc 10 milliards pour Versailles et 10 milliards pour le Louvre, il restera en attendant les possibles révisons 34 à jeter par les fenêtres pour les immigrés, le budget de la France est constitué des impôts et taxes inventées chaque mois par les différents énarques qui nous gouvernent pour que nous puissions vivre, pas pour nourrir des déséquilibrés.

  11. Il est grand temps de redresser les dérives de notre société dérives provoquées par la gauche dont certains devraient se trouver en prison voir même ne plus se trouver dans l’hexagone.

  12. Définition de (Jean Michel) Aphatie :  » L’apathie se caractérise par une perte de motivation, de désirs et d’émotions. Un comportement apathique peut être la conséquence d’un traumatisme émotionnel, de troubles psychologiques ou de lésions cérébrales.  » !! Rien à ajouter, sinon qu’il a le cerveau plus que lézardé.

Les commentaires sont fermés.