J’habite une île où tout le monde parle français, car cette île a été française de 1715 à 1810. L’île Maurice, ancienne île de , n’a pas conservé l’agneau sauce menthe et le kidney pie que les Anglais ont rapportés avec eux quand l’île est devenue indépendante en 1968. Les Mauriciens s’intéressent plus à la gastronomie française qu’anglaise et la langue de Molière a toujours taillé une croupière à celle de Shakespeare aux quatre coins de l’île, car même son patois est issu du français et non de l’anglais. Et pourtant !

Il y a un domaine où la France est à la traîne dans le cœur des Mauriciens : le sport !

Certes, le championnat anglais de football fait l’unanimité tout autour de la planète foot et ce n’est pas demain la veille que Manchester et Liverpool seront détrônés par le PSG ou l’OL. La cote d’amour de la population pour la France aurait dû s’étendre au sport français mais il y a, tout autour des terrains de sport où évoluent les équipes ou athlètes français, des commentateurs qui rendent les compétiteurs français antipathiques aux yeux et oreilles de ceux qui les écoutent autour du globe, et singulièrement ici.

Hier samedi, j’assistais avec un intérêt profane à l’épreuve du tir au pistolet dans laquelle figurait un Français fort sympathique en la personne de Jean Quinquampoix. Dans cette lutte au couteau, il affrontait un Chinois et un Allemand pour le titre suprême. Tous ceux qui étaient autour de moi applaudissaient avec fougue pour chaque cœur de cible atteint par le Français jusqu’à ce que le Chinois rate sa cible… Et c’est là que le commentateur français fit basculer les téléspectateurs contre le compétiteur français en s’écriant “Excellent, excellent !”

Ce chauvinisme de bas étage ne date pas d’hier et a érodé peu a peu la cote d’amour des sportifs français dans les pays où l’on regarde les chaînes françaises. Ajoutons à cela la surmédiatisation et les médailles avant l’heure attribuées aux compétiteurs français par ces mêmes commentateurs et on aura la pleine mesure du désamour des téléspectateurs étrangers pour les sportifs français.

À lire aussi

Afrique du Sud : racisme organisé sur fond d’épidémie

De petites déclarations en déclarations plus officielles, le gouvernement de Cyril Ramapho…