Editoriaux - Internet - Le débat - Politique - Santé - Table - 8 décembre 2016

Délit d’entrave à l’IVG : c’est la couardise, à droite, qui l’a fait passer

Il est grand temps que la guerre à droite ait lieu. C’est ce qui se disait dans les arcanes des deux chambres, ces jours-ci. En effet, après le vote par le Sénat d’une version à peine modifiée de la proposition de loi d’extension du délit d’entrave à l’avortement, la compromission de toute une partie des parlementaires est en cause. En cause parce que la couardise de certains entraînera, à n’en pas douter, la censure et la destruction des trésors d’efforts d’autres.

L’extension du délit d’entrave sur Internet est une vieille réclamation d’associations prétendument féministes qui souhaitent pouvoir réprimer, voire supprimer, ceux qui militent pour une autre conception de la vie. Très représentées dans les institutions gouvernementales, ces structures ont réussi à obtenir des rapports suivant leurs recommandations. En urgence, le gouvernement – en l’occurrence Laurence Rossignol – a donc permis la présentation en procédure accélérée d’un texte visant à censurer et condamner de deux ans de prison et 30.000 euros d’amende ceux qui contreviennent à l’idéologie d’État en faveur de l’avortement.

Le débat à l’Assemblée nationale a été l’occasion du renouvellement d’un débat sur l’état de l’avortement dans notre pays. 225.000 vies à naître sont supprimées chaque année dans notre pays, ce qui constitue, de fait, un problème de santé publique. Depuis 1993 et la loi Neiertz, ceux qui veulent infléchir cette courbe sont mis en danger régulièrement à cause d’une conception complexe de l’entrave. Si la majorité des parlementaires a voté, Jacques Bompard, Marion Maréchal-Le Pen, Yannick Moreau, Philippe Gosselin, Jean-Frédéric Poisson et Isabelle Le Callennec avaient mené une lutte intéressante dans l’enceinte du palais Bourbon ! Enfin, des voix dissidentes osaient s’opposer au tout avortement dans notre pays. Les observateurs des sujets bioéthiques dans le monde politique percevaient même un progrès dans la défense de la vie.

Simplement le groupe des Républicains au Sénat n’a pas correctement accompli son travail. Il n’a pas amendé le texte, pas négocié que le texte soit refusé par la chambre haute avec les autres groupes politiques, pas mobilisé ses troupes. Une commission mixte parlementaire aura donc à discuter de la version liberticide et mortifère d’une loi qui mettra en danger une partie des actions de la fondation Lejeune, Choisir la vie ou IVG.net.

D’étranges réactions ont marqué ceux qui prétendent pourtant défendre la vie. Si Stéphane Ravier et David Rachline n’ont pas été combatifs sur le texte, une lourde responsabilité incombe à Bruno Retailleau, qui paye par ce passage ses multiples compromissions pour asseoir son autorité à travers l’UDI et des relations suivies avec les franges progressistes de l’UMP. Certains croient, en effet, encore que la politique est un monde d’influence alors qu’elle s’établit comme l’espace du rapport de force. Avec un tel échec, les troupes nouvellement conservatrices de François Fillon laissent entrevoir une dangereuse facilité pour les partisans d’une autre anthropologie à faire passer, sans heurts, les textes les plus insupportables.

Comme l’explique très efficacement Grégor Puppinck dans Droit et prévention de l’avortement en Europe, la France se distingue comme l’un des très rares pays où l’avortement augmente. Une éducation sexuelle propice à la suppression de la vie à naître et le refus de considérer l’avortement de masse comme une question de santé publique expliquent en grande partie ce qui est une violence contre la femme, contre les familles et, partant, contre la cité.

Encore une fois, ce nouveau recul montre que les partis politiques dits de droite constituent des entraves à la défense du bien commun. Ceux qui cherchent à les influencer s’égarent ; il s’agit bien de les dépasser.

À lire aussi

“Les Syriens nous demandent de cesser ces frappes et d’aider à la reconstruction !”

Imprimer ou envoyer par courriel cet article“Ces frappes n’ont rien changé sur…