Si les Français avaient une idée du budget investi dans les commémorations de cette année, et le temps passé par nos élus pour nous rappeler ce que nous savons déjà, alors ils seraient en mesure de comprendre pourquoi notre pays va si mal. Comme le disait très justement Jules Renan : “rien ne sert de remanger ce que les autres ont digéré” et pourtant nos élus nous repassent les plats tous les ans, façon de nous montrer qu’ils n’ont guère de temps pour le présent et encore moins pour le futur.

Ainsi, le défilé du 14 juillet, dont la genèse remonte à 1789, voudrait nous rappeler la fin de la et la mise en place de la République, une république française aujourd’hui qui n’a plus que le nom puisqu’elle a perdu toute sa souveraineté et qui conduit le peuple de France à la décadence, à telle aune que certains voudraient revenir à la Monarchie.

Pourtant notre française — enfin ce qu’il en reste, tant des coupes sombres dans son budget l’ont réduite au minimum vital — persiste à vouloir défiler sur les Champs Elysées, une manière de nous montrer que si notre économie est valétudinaire, il n’en reste pas moins que les godillots de la république assurent les missions “Vigipirate” et que le islamique n’a qu’à bien se tenir.

Tout ceci, bien évidemment, n’est que parade et postures. La réalité est que nous défilons sur des Champs Elysées qui appartiennent en totalité à des fonds arabes ou asiatiques, et ne servent aujourd’hui que de show room pour vendre notre matériel militaire. En résumé, le défilé du 14 juillet est pour le moins anachronique, pour ne pas dire incongru à une époque où nous devrions diffuser la paix dans et éviter de faire, comme les dictatures, des démonstrations bellicistes.

13 juillet 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

L’avenir appartient aux dissidents ! À eux, maintenant, de dissider !

Le dissident est une personne qui cesse d'adhérer à une idéologie ou qui refuse de caution…