En chantant “Gospodi Pamila, Seigneur, aide-nous », des prêtres, des hommes portant croix et icônes, ou poussant des landaus, des femmes, des enfants, marchent dans la chaleur de cet été sur les routes d’.

Des milliers. Ils sont partis le 3 juillet du monastère de la Sainte-Assomption à 750 km à l’est de Kiev, et le 9 juillet de Potchaïef, à 400 km à l’ouest, et se rejoindront le 27 juillet dans la capitale ukrainienne.

Le 28 juin, l’Église orthodoxe d’Ukraine a publié son appel à une « Marche pour la paix, l’amour et la prière pour l’Ukraine ».
« Cette procession, qui commence en même temps de l’ouest et de l’est, se déroulera dans tout l’État, parce que l’Église orthodoxe a toujours été une force unificatrice du pays ».

La contemplation ne suffit pas, explique-t-elle. « Il est temps de montrer la conscience chrétienne » par cette marche chrétienne.

« Nous devons laisser tomber la colère, la haine, la méchanceté et, armés d’amour et de pardon, renforcer la prière, pour arrêter les larmes de la Mère de Dieu, pour que les enfants ne deviennent plus orphelins, les jeunes handicapés, les femmes veuves…»

La marche chrétienne, l’appel à la marche pacifique, à la prière, est bien loin du « christianisme politique » tel que le prône celui que les médias occidentaux nous présentent comme l’idéologue de Vladimir Poutine, Alexandre Douguine.

En réalité, Alexandre Douguine lui-même reconnaît que si Poutine est pris pour un eurasiste, ce n’est pas parce qu’il approuverait réellement l’eurasisme, mais simplement parce que, de fait, après avoir été rejeté par l’Ouest, il s’allie avec des pays d’Asie.

Le christianisme « eurasiste » de Douguine est fort semblable à l’islam, qui croit à l’action par la force, même s’il parle de n’agir que par le « soft power ». Il ressemble plus au « nationalisme religieux » dénoncé par le patriarche Bartholomée Ier. Il s’agit d’alliance « contre l’ennemi américain ».

L’action de l’Église orthodoxe d’Ukraine, elle, est spirituelle.

Il ne s’agit pas de « s’allier contre un ennemi », il s’agit d’unir, par la prière. En termes athées, je dirais qu’il ne s’agit pas de « rapport de force contre un ennemi principal » mais de témoignage d’une volonté d’unification entre, avec les êtres humains.

« La marche chrétienne est un acte volontaire, délibéré de chaque âme chrétienne, ce qui, en fait, doit être les commandements évangéliques. »

Alors que se tenait la réunion des pays de l’OTAN qui ont décidé d’envoyer 4.000 hommes dans les pays entourant la Russie, les bombardements contre les civils de l’est de l’Ukraine, du Donbass ont repris. À Lozovskoe, le 5 juillet. Le 10 juillet à Gorlovka-Nikitovka, 80 maisons détruites.

Bien évidemment encore une fois, Poutine ne bougera pas d’un pouce hors de son territoire. Malgré les morts civils au Donbass. Pour éviter l’enchaînement infernal dans lequel des fous de pouvoir veulent l’entraîner. « Gospodi Pamila ».

16 juillet 2016

Partager

À lire aussi

Anne-Lorraine Schmitt : le devoir de combattre, le devoir de vivre

Agnès, Maria, Anne-Lorraine, radicales, elles ont préféré dire, jusqu'au bout de leurs for…