Nadine Morano, en voulant laver plus blanc que blanc, a pris le risque d’emprunter le teint blafard des cadavres politiques.

Kierkegaard disait en substance qu’on manquait singulièrement d’ambition en se contentant d’une « identité », condition grégaire pour accéder à un sentiment d’existence précaire et problématique. Car, s’il s’agit de n’être qu’identique aux membres d’un groupe, d’une tribu, d’une nation, on se contentera finalement d’une étiquette minimale, comme ces pauvres insectes chloroformés et bocalisés qu’on classe à l’aide d’un taxinomie fonctionnelle. Aucune singularité ne leur est accordée. Nous ne serions donc, nous, Français, que des mammifères blancs vivant dans ce finis-terre de l’Asie que, depuis peu, depuis à peu près mille cinq cents ans, on nomme « France » ?

Évidemment, je relativise la durée historique en regard du temps, immense, de l’Histoire et de la préhistoire, et même du vivant.

Jeanne, que nous devons tous avoir au cœur et à la mémoire, subissait les outrages d’un inquisiteur, qui lui reprochait de ne pas aimer nos frères les Anglais, puisqu’elle voulait les tuer. À cela, la sainte guerrière répondit qu’elle aimait les Anglais, mais chez eux. Vous remarquerez que les Anglais étaient des Blancs. Mais il existait chez eux un attribut qui leur conférait l’absolue incapacité d’être les maîtres chez nous : ils étaient Anglais, ce qui était beaucoup dire, comme c’est poursuivre un très long voyage que d’explorer les contrées de notre âme.

Il faudra donc, si nous recouvrons encore notre instinct, qui est l’art d’être différencié, de ne pas ressembler, individuellement et collectivement, aux autres spécimens Homo sapiens, d’être autre chose qu’une tête de troupeau, de cheptel, réapprendre à être Français, c’est-à-dire généreux, comme le catholicisme nous l’a enseigné, mais aussi lucides, comme nos moralistes, mystiques, comme nos saints, et réalistes, comme nos savants, nos artisans et chefs d’entreprise, braves, comme nos guerriers, et sensibles, comme nos poètes et écrivains, par qui seule une nation comme la nôtre a réussi à égaler Rome, laborieux et aimant se délecter de la vie, de notre langue, de notre terre, embrassant, dans le cœur, les souffrances de l’homme, et l’amour des êtres, lesquels sont la manifestation toujours agissante d’une grâce divine.

Bref, il nous faudra retrouver les secrets de la grandeur.

À lire aussi

Le « système » en rêvait, la pandémie l’a fait : le numérique envahit l’École !

L'École démagogique, qui se réfugie derrière la technique comme derrière un petit doigt, a…