Accueil Culture De Gaulle, Valls et la France
Culture - Editoriaux - Religion - 20 avril 2015

De Gaulle, Valls et la France

En ces temps difficiles, il serait très malvenu de citer le maréchal Pétain. J’en appelle donc au père de son filleul, le général Charles de Gaulle, qui déclarait : “Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.”

Race ? Non, beurk ! Amis de la LICRA et de SOS machin, cachez ce mot que je ne saurais voir, ça rappelle trop Jules Ferry proclamant : “Les races supérieures ont un devoir de civiliser les races inférieures.” C’est un peu comme si des États supérieurs, et non moins unis, avaient hérité du devoir d’imposer la démocratie à coups de bombes sur la Corée, Cuba, le Congo, le Laos, le Vietnam, le Cambodge, le Liban, Grenade, la Libye, l’Iran, l’Irak, la Somalie, la Bosnie, le Soudan, l’Afghanistan, la Serbie.

Blanche ? Ça ne va pas, la tête ? Il n’y a que pour demander de “mettre quelques blancs, quelques whites, quelques blancos” lors d’un reportage sur le marché d’Évry. Les Blancs n’existent pas, nous sommes tous métissés, la France a toujours été un pays d’immigration.

“Nous sommes quand même avant tout un peuple européen, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.”

Religion ? Au secours ! Nous sommes dans une République laïque. Chrétienne ? Un mot tout juste toléré dans les couloirs du métro. Le grec et le latin ? Une option des enseignements pratiques interdisciplinaires. La culture ? Interrogez un ministre d’icelle sur le dernier prix Nobel de littérature !

“Nous sommes quand même avant tout un peuple européen.”

Ôtons le « quand même », on dirait du Valls. Le « avant tout » a des relents de « über alles », et « un peuple » évoque « ein Volk, ein Reich, etc. ».

“Nous sommes européens.”

Suite à une manifestation de sans-culottes, ou plus exactement avec-culottes-mais-sans-tee-shirts, je dois préciser « Nous sommes des Européens ET des Européennes ». J’ai satisfait les femelles. Veuillez m’excuser, je voulais dire les femmes haine, pardon, les Femen. Mais je risque de heurter les branches B et T des organisations LGBT.

“Nous sommes européens ou européennes, ou un peu des deux, voire les deux (à la fois, ou l’un après l’autre, c’est selon, au choix).”

Quoi ? Les Africains se sentent stigmatisés ?

Le général Charles de Gaulle disait… Certes, il n’exerça sous le grade de “général de brigade à titre temporaire” que durant deux semaines. De plus, la particule évoque l’ancien régime, et Gaulle pourrait faire penser aux Gaulois, qui ne sont pas nos ancêtres. Quant à Charles, c’est pompeux…

Charlie disait : « Nous sommes ».

Mais pour combien de temps, encore ? Car après « Je suis Charlie », Valls prépare la loi « Je suis partout ».

À lire aussi

Ces comportements peuvent vous sauver…

Le multiculturalisme, c’est vivre ensemble, mais c’est également vivre avec le terrorisme.…