Culture - Editoriaux - Histoire - Société - 24 novembre 2015

Moins de christianisme, plus de laïcisme : la pire réponse aux attentats

Pour lutter efficacement contre un ennemi, il convient d’abord de s’interroger sur les buts qu’il recherche afin de le décourager à poursuivre son combat.

Or, que veulent les terroristes responsables des crimes perpétrés ce funeste vendredi 13 novembre 2015 contre Paris, « capitale qui porte la bannière de la croix en Europe », selon la déclaration revendicative publiée par l’État islamique à la suite de cet acte de guerre ?

D’un point de vue stratégique, comme tous ceux qui pratiquent ces méthodes, ils visent à effrayer les populations civiles en menant à leur encontre des actions de plus en plus violentes et meurtrières afin de les amener à faire pression sur leurs dirigeants, jusqu’à ce que ces derniers acceptent de se plier à leurs exigences.

Dans ces conditions, de la même façon qu’il ne faut jamais satisfaire les demandes des preneurs d’otages pour éviter la multiplication des enlèvements, le terrorisme ne peut être éradiqué qu’en se gardant de toute manifestation de faiblesse ou de complaisance à son égard.

Au cas présent, force est de constater que les islamistes ne se limitent pas à ordonner à la France de cesser sa participation à la guerre conduite en Syrie contre le nouveau califat, mais entendent soumettre notre pays, comme l’ensemble de l’Europe, à la loi coranique.

Dès lors, ce n’est pas en cédant à la peur que nous parviendrons à vaincre les soldats d’Allah assoiffés de conquête, mais au contraire en défendant fièrement nos libertés et surtout, comme le rappelle l’abbé Pierre-Hervé Grosjean dans les colonnes du Figaro, « en se réappropriant notre histoire, nos valeurs, notre culture, notre identité y compris dans ses racines chrétiennes ».

Car c’est bien à notre civilisation et à tout ce qu’elle représente à leurs yeux que s’attaquent les fanatiques du prophète Mahomet, travaillés par le ressentiment envers un Occident éclairé par sa foi dans le Christ, qui a donné au monde tant de savants, de bâtisseurs, d’artistes, d’écrivains, de philosophes et de poètes et qui est parvenu à contenir, après des siècles de combats acharnés, l’expansion d’un islam toujours conquérant.

En souhaitant, par un “vade-mecum sur la laïcité”, la disparition définitive de toutes les crèches de Noël dans l’ensemble des bâtiments publics, avant sans doute d’interdire les processions et autres célébrations traditionnelles, de détruire les calvaires des carrefours bretons et de changer les noms des villes et des rues honorant des saints de l’Église catholique, l’Association des maires de France, présidée par François Baroin, proche du Grand Orient de France, se trompe de cible et fait le jeu de nos ennemis : « L’intégrisme laïque, ajoute l’auteur précité, n’est en rien un rempart contre l’intégrisme islamiste. C’est au contraire son meilleur allié. »

Ainsi, les nouveaux ayatollahs de la laïcité, auprès desquels l’illustre petit père Combes passerait pour un dévot, seraient prêts à sacrifier l’âme de la France pour, enfin, « écraser l’infâme » !

À lire aussi

Nouvelle offensive gouvernementale contre le gaspillage, cette fois non alimentaire

Dans notre société hyper-individualiste, où les désirs de chacun ont vocation à devenir de…