Le 26 décembre, des voisins sont venus nous signaler qu’une maison de la rue avait été cambriolée en l’absence de ses propriétaires. Nous nous sommes donc relayés pour les prévenir, appeler la police, surveiller, faire le nécessaire. Cette nuit-là, deux maisons du quartier avaient été visitées. Au mois de décembre, trois autres maisons de la rue avaient été cambriolées. Toujours grâce à nos voisins, un cambrioleur a été surpris pendant une tentative, et identifié : il a avoué quatre cambriolages. Rien que pour lui ! Et c’est comme ça dans toute notre petite ville du Sud-Ouest. Et la campagne environnante.

Comme je me demandais si ma petite cité était une exception dans une Gaule qui serait paisible, le quotidien régional Sud-Ouest, pourtant pas alarmiste pour deux euros, est venu m’apporter un début de réponse dans son édition d’hier.

Dans un article au titre explicite, “Métropole de Bordeaux : une hausse inquiétante des cambriolages”, notre confrère a interrogé les policiers bordelais :

Ce sont des raids. Il ne se passe pas une journée sans que nos services soient appelés,

avoue l’un d’eux.

Et l’agglomération est attaquée de toutes parts : centre, beaux quartiers, mais aussi les villes de la CUB (Communauté urbaine de Bordeaux) :

Bordeaux est bien entendu visé. L’hyper-centre mais aussi Caudéran, le quartier du Jardin public, Saint-Genès, etc. Les villes de la périphérie sont également touchées : Le Bouscat, Eysines, Villenave-d’Ornon, Pessac, Gradignan, Mérignac, Le Haillan, etc.

L’article ne nous en dira pas plus sur les causes de cette soudaine flambée, évoquant simplement “une vague inquiétante de faits commis de jour comme de nuit, selon toute vraisemblance par des équipes extérieures au département”.

Des équipes extérieures au département… Et chez moi, c’était aussi des équipes extérieures à mon département ? Celles de Gironde qui venaient donc d’un autre département ? Du vôtre ? Et chez vous, ils venaient d’où, les cambrioleurs ?

En tout cas, je peux me rassurer sur ma petite ville : elle est bien à l’image de notre capitale régionale et, je le crains, de la France entière : une France cambriolée… Mais je compte sur vous, fidèles lecteurs, pour me signaler si j’ai procédé à une généralisation hâtive, et si votre ville, votre village, votre quartier échappent à cette “flambée sur Bordeaux” (et sur ma ville !).

Soyez gentils de m’indiquer dans vos commentaires le nom de ce village gaulois préservé auquel il m’arrive encore de rêver. Et si vous avez choisi de réveillonner à l’extérieur, je vous souhaite de retrouver votre maison intacte pour bien commencer l’année !

À lire aussi

Livre : Les Philo-cognitifs, de Fanny Nusbaum, Olivier Revol et Dominic Sappey-Marinier

Vous lirez avec délectation les portraits chinois et les pages riches et denses consacrées…