Des ouvriers d’une usine automobile qui refusent (par un vote à bulletin secret) la création d’un syndicat. C’est où, c’est où ? La scène se passe à Chattanooga (Tennessee), Sud profond des États-Unis, où Volkswagen a implanté une usine.

L’offensive du syndicat « United Auto Workers » (stimulée par les syndicats allemands qui espéraient ainsi avoir un délégué salarié de plus au Comité central d’entreprise) a été combattue par les élus locaux. Les syndicats ont mauvaise réputation dans le Sud, ils sont accusés d’avoir précipité la crise dans le Nord. La création d’un syndicat aurait, selon les élus, découragé d’autres implantations industrielles aidées dans le Tennessee. Bref, les personnels américains de VW ont refusé la constitution d’un syndicat. Le Sud reste propre et on peut imaginer que VW y trouve son compte, car la situation de l’emploi dans le Sud et l’atmosphère de servitude (au sens de la « servitude volontaire », lire La Boétie) pèsent sur les salaires.

L’hirondelle du Tennessee annoncerait-elle un printemps où les ouvriers se laisseraient tondre gentiment et ne moufteraient pas au long des chaînes robotisées ? Même en Chine où règne la main de fer du Parti communiste (sic ! quelle blague tragique !), des révoltes se produisent et les ouvriers ne se laissent pas faire partout sans broncher. Leurs conditions de travail et de salaire tendront un jour à rejoindre les normes internationales.

Et viendra un moment où, du Tennessee à la Chine et au Bangladesh, même les employeurs auront besoin d’interlocuteurs. Et il s’en constituera, des syndicats de toutes sortes, en lien ou pas avec de nouvelles mafias. L’Histoire recommencera donc, ou se poursuivra.

Le vote des ouvriers de Chattanooga fait-il rêver M. Gattaz et les investisseurs reçus lundi à l’Élysée ? C’est possible. Toute la vie est un songe, certes, mais les songes sont des songes 2.

Notes:

  1. « Toda la vida es sueño, y los sueños, sueños son » (Calderón de la Barca)
  2. « Toda la vida es sueño, y los sueños, sueños son » (Calderón de la Barca)
Partager

À lire aussi

Et ils n’ont rien trouvé d’autre que le bureau de Delanoë ?

Manquent plus que Mme Dati et la famille Tibéri pour reconstituer la ligue dissoute et pro…