Les médias français, obnubilés par la COP 21, par les élections régionales et par l’insupportable danger brun, ne nous ont pas relaté ce qui venait de se passer au Danemark, ce plat pays où il se passe d’étranges événements depuis que l’invasion migratoire s’est aggravée.

 Contrairement aux démocrates qui nous gouvernent mais qui ont une idée bizarre de la démocratie, le Gouvernement danois dont on pourrait dire qu’il s’inspire largement de Borgen, feuilleton télévisé que je vous encourage vivement à regarder, a demandé, le 3 décembre dernier, l’avis de son peuple. Par voie de référendum. La question posée était claire : « Acceptez-vous un renforcement de la coopération avec l’Union européenne en matière de police et de sécurité ?». La réponse des électeurs danois a été limpide. Ce fut un refus à 53,1%. Un désaveu terrible non seulement pour la classe danoise mais pour les dirigeants de l’Union européenne. Un désaveu que nos médias ont préféré passé sous silence pour éviter, sans nul doute, de remuer un sentiment anti-européen chez les électeurs des Régionales… D’autant plus que le taux de participation à ce référendum a atteint un rare pourcentage : 72 % !

Il est vrai que lors des élections de juin dernier, le Danemark avait déjà lancé un premier avertissement à l’Europe en votant à 21,1% pour le Danske Folkeparti, le parti souverainiste et populiste. Le premier tour des régionales françaises a amplifié ce phénomène droitier à l’échelle européenne en offrant au FN la place confirmée de premier parti de France, même si les magouilles politiciennes des deux partis qui, depuis de Gaulle se sont partagés le pouvoir, allaient réduire ce très beau score à un résultat décevant pour ceux qui avaient donné leur voix aux candidats Bleu Marine.

C’est évidemment la question de l’immigration qui, au Danemark comme en France, comme en Suède, comme dans tous les pays appelés à percevoir leur lot de migrants, est en train d’offrir sur un plateau d’argent une voie royale aux partis de la droite-droite, pour ne pas écrire « extrême-droite » devenue une appellation à connotation raciste et pire encore !

Comme l’écrit sur son site le sage Jacques Sapir, «  il faut être naïf pour ne pas se rendre compte que, derrière cette dimension « technique », la véritable question portait sur le processus d’intégration européenne. » Un processus que les peuples européens se refusent de plus en plus à approuver. Ce qui est le cas en France, le résultat du 6 décembre du FN, dont le programme est en partie basé sur le retour de notre souveraineté, est un indice qui ne trompe pas. Et c’est évidemment la raison du silence médiatique français sur le résultat et les conséquences que pourrait avoir en France le référendum danois.

Le peuple danois a choisi de garder sa souveraineté sur le plan sécuritaire, ne voulant pas confier à autrui la gestion de sa sécurité. Mais en rejetant majoritairement ce projet de coopération renforcée avec Bruxelles dans le domaine de la justice et de la police, les Danois ont voulu marquer leur refus d’aller plus loin dans cette Europe dans laquelle ils ne se sentent plus à l’aise. 

Ce résultat est un avertissement à la classe politique française qui n’est pas prête, sauf bien entendu pour le Front National ou le RBM, à faire appel à un référendum pour déterminer sa politique européenne. Il est évident que François Hollande ne prendra pas le risque de se voir désavouer une fois de plus par les électeurs avant de prendre le chemin de l’exil le 7 mai 2017.

14 décembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.