Le projet qui date de novembre dernier a été révélé juste avant les fêtes de Noël, déclenchant des réactions indignées dans la presse internationale. Le Washington Post est même allé jusqu’à dénoncer une « connotation particulièrement douloureuse en Europe » qui n’est pas sans rappeler « la spoliation des biens juifs ». Qu’importe. Droits dans leurs bottes de caoutchouc, les Danois ont annoncé mardi qu’un accord venait d’être conclu avec le principal parti d’opposition sur « la confiscation des effets de valeur des pour financer leur séjour ». Le projet de loi, débattu au Parlement aujourd’hui même, devrait donc être voté le 26 janvier avec une solide majorité. À la satisfaction des Danois, et tant pis pour la reductio ad hitlerum.

Ces populations du Nord sont pragmatiques. Elles partent du principe que si tous les pauvres gens qui arrivent en masse aux frontières de l’ sont malheureux – ce que nul ne conteste -, ils ne sont pas tous sans le sou. Détresse morale n’est pas misère et l’on nous a assez vanté, l’été dernier, tout l’avantage que notre Vieux Continent pourrait tirer de ces surdiplômés arrivés avec femmes et bagages : médecins ici pour combler le désert médical français, ingénieurs là pour booster la compétitivité… D’ailleurs, soulignait avec bon sens le ministre de l’Intégration Inger Støjberg, ce sont les mieux lotis qui prennent le chemin de l’exil, les plus pauvres n’ayant simplement pas les moyens de payer les passeurs.

Bref, se disent les Danois, pourquoi ferait-on les poches de nos nationaux pour payer le gîte et le couvert si nos invités surprises ont les moyens de régler la chambre d’hôte ?

Nonobstant les accusations de « dérive totalitaire », le projet est donc de « saisir des biens que les demandeurs d’asile apportent avec eux afin de couvrir leurs besoins en alimentation et en hébergement ». Ce qui, personnellement, me semble très sain et de nature à apaiser les tensions entre autochtones et allochtones (c’est le vieux mot pour allogènes). Toutefois, les conditions prévues initialement ont été assouplies, et la dernière mouture du projet de loi autorise les à conserver un pécule de 10.000 couronnes, soit 1.350 euros. Sont, de plus, exemptés de saisie tous les biens qui sont d’une « valeur affective particulière » tels que « bagues de mariage ou de fiançailles, portraits de famille, médailles… », de même que les objets utilitaires comme les montres et les téléphones portables… Et si l’on conserve son smartphone, hein, l’honneur et la vie sont saufs, c’est connu.

Clouons alors le bec à Shakespeare et au Washington Post : non, il n’y a rien de pourri au royaume de Danemark ! Juste du bon sens.

14 janvier 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.