Eh, Gérard ! Il va falloir que l’on appelle le chef, je crois qu’on a un problème : les nouveaux trains ne peuvent pas entrer en gare… Ils sont trop larges !

Le premier avril est passé depuis un moment et le 21 mai n’ayant pas encore été consacré Journée officielle du canular, il faut bien se rendre à l’évidence : l’information, soulevée par Le Canard enchaîné dans son édition du jour, est vraie. Oui, la a commandé plusieurs centaines de rames pour renouveler ses TER. Et oui, celles-ci sont un chouïa trop larges pour rentrer dans certaines gares. Il ne manque parfois pas grand-chose, mais quand ça ne passe pas, ça ne passe pas ! Élémentaire, mon cher Watson.

Il y a donc comme un os. Et pas de poulet. Plutôt de mammouth. Tout ça parce que ceux qui étaient chargés d’établir un cahier des charges pour cette grosse commande n’ont pas pris le temps — ou oublié, peut-être, qui sait ? – de s’assurer que leurs nouveaux joujoux avaient la bonne taille. On imagine la conversation dans les bureaux : “Alors, Jean-Pierre, on leur donne quoi, comme dimensions, aux nouvelles rames. À vue de nez ? Hein ?” Pas de chance, le nez était trop grand !

Pourtant, les spécialistes de la SNCF ont été assistés par ceux de Réseau ferré de France, afin d’établir un cahier des charges carré, impeccable. Il ne manque parfois pas grand-chose, une vingtaine de centimètres, mais les petits soucis, en la matière, entraînent de grosses conséquences. Et dire que cette commande de nouveau matériel est l’aboutissement d’un travail mené sur cinq ans… Ah, quand même !

Il a fallu payer pour avoir ces jolies rames. Surprise : il va donc encore falloir payer pour les utiliser, faute de quoi le train restera bloqué devant 1.300 quais. Rien que cela. Il semblerait que le coût des travaux menés pour adapter les quais étriqués tournerait autour de 50 millions d’euros – certaines mauvaises langues soutiennent que RFF aurait débloqué en urgence quelque 80 millions d’euros supplémentaires, craignant que cela coûte beaucoup plus cher que prévu.

À qui la faute ? Les frères ennemis – SNCF et RFF – qui ne font plus partie de la même entité depuis 17 ans se renvoient la balle… On évoque aussi le fait qu’à l’époque de la construction de ces maudits quais, il n’y avait pas encore de normes établies. D’où les disparités… Toujours est-il que l’histoire fait sacrément désordre : jugée « consternante » par , ministre de l’Écologie, cette dernière a exigé que les dirigeants de la SNCF et de RFF « fassent toute la clarté sur les raisons pour lesquelles des décisions aussi stupides ont été prises ». D’autres ont appelé les deux responsables à la démission, affirmant que cette affaire fait de nous « la risée de la presse internationale »

De leur côté, les clament qu’elles ne sont pas des pigeons et qu’elles ne paieront pas un centime. Chez RFF, on positive : comment ça, un problème ? Aucune importance : ces aménagements entreront dans le cadre des travaux de modernisation régulièrement effectués. Même si Jacques Rapoport, le président de RFF, a tout de même avoué avoir découvert la bévue un peu tard. Mais à part ça, Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien !

21 mai 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Buvez, vous êtes filmés !

France 4 tourne actuellement un documentaire sur les jeunes et l’alcool. …