Accueil Editoriaux Corbeil-Essonnes : Serge Dassault pris la main dans le sac ?
Editoriaux - Industrie - Justice - 16 septembre 2013

Corbeil-Essonnes : Serge Dassault pris la main dans le sac ?

La différence entre un jeune et un vieux voyou, c’est que le premier aura toujours une chance de s’amender, alors que, pour le second, il est généralement trop tard. , donc. Qui, déjà poissé par la justice – invalidation, en 2009, par le Conseil d’État de son élection à la municipale de Corbeil-Essonnes pour cause de généreuse distribution d’argent liquide plus ou moins propre, sans compter les soupçons de tentatives d’homicide perpétrées à l’encontre de deux de ses proches, Rachid T. et Fatha O. –, est maintenant l’objet de révélations pour le moins gênantes.

Ainsi, notre confrère Mediapart a-t-il rendu public, ce dimanche dernier, un enregistrement qui pourrait à terme peser lourd dans la balance. Comme dans l’affaire Bettencourt. On peut certes gloser sur la valeur, éthique et judiciaire, de ce type de preuves ; plus souvent le fait de manœuvres dues au salarié éconduit, à la maîtresse jalouse ou aux anciens proches maltraités.

Nonobstant, ces « preuves » ne sauraient être passées en pertes et profits, tant il est vrai qu’un autre enregistrement « limite », produit par Mediapart et concernant, cette fois, l’affaire Cahuzac, aura au moins permis que début de justice soit faite. Que nous dit celui relatif à l’avionneur, 89e fortune mondiale, à en croire le magazine américain Forbes ? C’est malheureusement plus qu’éloquent : « L’argent a été donné, complètement. Moi, j’ai donné l’argent. Je ne peux plus donner un sou à qui que ce soit. Il n’y a plus de Liban. Il n’y a plus personne là-bas, c’est terminé. Moi, j’ai donné l’argent… »

L’enregistrement en question, long de vingt-quatre minutes, aurait été identifié. Quant à l’argent, il aurait servi à acheter l’élection du successeur de Serge Dassault à la mairie de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter, en 2010. Le 3 juillet dernier la demande de levée d’immunité parlementaire avait été retoquée par le Sénat pour « défaut de motivation ».

La suite est attendue avec impatience. Ce d’autant plus qu’il est à prévoir, ou à craindre, c’est selon et ça dépend pour qui, que Mediapart se fasse un plaisir de distiller, goutte à goutte, le reste de l’enregistrement incriminé.

Si le vieux Marcel, industriel d’exception ayant porté haut les couleurs du savoir-faire français, voyait ça… C’est à pleurer. On espère que son fils indigne a investi dans la fabrication de bracelets électroniques. On ne sait jamais, ça peut toujours servir… Et il n’y aura pas besoin de faire appel à une célébrité pour en vanter les mérites.

À lire aussi

Un nouveau gouvernement calibré pour battre Marine Le Pen en 2022 ?

Tout semble se mettre en place pour anticiper l’échéance électorale majeure, la dernière o…