C’était il y a quatre ans, en août 2018, Emmanuel Macron prenait la parole à la Conférence des ambassadeurs et, comme à son habitude, dessinait des perspectives grandioses à l’horizon à grand renfort de phrases creuses et de formules pompeuses dont il a le secret. La France, « chantre d’un multilatéralisme fort », « puissance médiatrice », allait initier avec ses partenaires le chantier de la refondation de « l’architecture européenne de défense et de sécurité » car l’Europe ne pouvait plus « remettre sa sécurité aux seuls États-Unis ». Il fallait tirer toutes les conséquences de la fin de la guerre froide, revisiter « les équilibres » et les « automatismes » des alliances, ouvrir de nouvelles perspectives grâce à une « souveraineté européenne » affirmée. Le Président ajoutait que cette réflexion devait associer la Russie. Il fallait également « construire une nouvelle relation à l’Asie » qui allait se bâtir « autour de notre dialogue essentiel et fructueux avec la Chine ».

Quatre ans plus tard, l’horizon s’est finalement obscurci et les ambitions macroniennes sont restées lettre morte.
La France et l’Europe payent le prix de leur incapacité à faire entendre une voix singulière. En faisant le choix de l’alignement sur les États-Unis, les Européens se retrouvent aujourd'hui démunis et instrumentalisés au milieu d’une gigantesque partie d’échecs géopolitique qui oppose les Américains à des géants longtemps endormis qui se sont éveillés et rêvent à nouveau de grandeur et de puissance.

Graham Allison, dans son célèbre essai Vers la guerre. L’Amérique et la Chine dans le piège de Thucydide ?, sorti aux États-Unis en 2017, s’inspirait de l’historien grec et de la guerre du Péloponnèse pour décrire les risques de confrontation provoqués par la rivalité entre une puissance ascendante et une puissance déclinante : « C'est la montée d'Athènes et la peur que cela a instillé à Sparte qui ont rendu la guerre inévitable », constatait Thucydide.

Dans un article paru le 5 août dernier dans Le Figaro, le chercheur Hugues Eudeline soulignait les parallèles entre la ukrainienne et celle de Taïwan. « La Chine, comme la Russie, manque d'espace stratégique », constatait-il, ajoutant que chacune cherchait « à se doter d'un espace vital territorial et maritime pour éviter tout contact direct ave [ses] adversaires. » Or, l’une comme l’autre se considèrent victimes d’un ordre ancien et injuste, dominé par les États-Unis, qui vise, à travers une stratégie d’encerclement, à contenir leurs ambitions retrouvées.

Plusieurs questions se posent alors : le piège de Thucydide s’est-il déjà refermé, la confrontation militaire avec la Chine n’étant plus qu’une question de temps ? Quel rôle joue la France et, plus largement l’Europe, dans cette « montée aux extrêmes » ? Les Européens ont-ils retenu les leçons du conflit ukrainien et de leur incapacité à redéfinir avec la Russie une nouvelle architecture de sécurité ?

En juin 2021, Emmanuel Macron affirmait, là encore au nom de la « souveraineté européenne », son refus d’un alignement automatique sur les positions américaines. Ce qui impliquait l’« indépendance quand il s’agit de notre stratégie à l’égard de la Chine ». Des déclarations démenties un an plus tard, lors du dernier sommet de l’OTAN à Madrid en juin dernier, qui consacrait une nouvelle doctrine stratégique évoquant pour la première fois la Chine et la présentant comme une menace directe à la sécurité de l’Alliance. La présence à un sommet de l’OTAN de l’Australie, du Japon, de la Nouvelle-Zélande et de la République de Corée témoignait parallèlement de la volonté américaine de souder ses partenariats transatlantiques et transpacifiques dans la perspective d’une prochaine confrontation avec la Chine.

La récente audition devant la commission de la Défense de l'Assemblée nationale du chef d'état-major de la Marine nationale ne fait malheureusement que confirmer l’alignement de la France sur les objectifs américains. « Nous devons préparer la capacité à combattre ensemble. Contre la marine chinoise, nous gagnerons si nous nous battons ensemble, en coalition », déclarait-il le 27 juillet. Le « dialogue fructueux avec la Chine », évoqué par Macron en 2018, est donc passé aux oubliettes. Sonnez tambours et trompettes car « les temps qui sont devant nous vont être durs » et « il est donc temps de se battre comme des diables », affirmait l’amiral.

Faut-il cependant consentir à ce que le piège de Thucydide se referme inéluctablement sur la France et sur l’Europe ?

10424 vues

15 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

47 commentaires

  1.  » pour être indépendant, il faut être capable de mettre ses comptes à l’équilibre  » charles de gaulle …

    inutile de préciser que ce n’est pas macron qui va mettre les comptes de la france dans le vert !

  2. De Gaulle, reviens ! ça fait 40 ans que tes successeurs détruisent ton héritage: LA FRANCE FORETE ET INDEPENDANTE DE TOUTE PRESSION ETRANGERE !

  3. Macron a dit ceci Macron a dit cela, c’est un spécialiste du bla-bla nous sommes soumis aux Usa que nous le voulions ou pas.

  4. « Faut-il cependant consentir à ce que le piège de Thucydide se referme inéluctablement sur la France et sur l’Europe ?« 
    La France ne serait elle pas plutôt l ile de Melos dans le Cadre du Dialogue éponyme avec celui qui sera « Athenes « 
    Et seulement Si la France est considérée comme Neutre !!! Unesorte de Formose neutre ??

  5. La France pour peser dans le monde, se doit d’être autonome et indépendante. Deux choses qu’avait réussies le Général De Gaulle. Mais ses successeurs n’ont fait que la détruire et la vassaliser. Quand un homme courageux nomme les choses, il est moqué par la presse aux ordres de la finance qui ne pense qu’à ses propres intérêts et le peuple, mouton, obéit à l’oligarchie. Français, le réveil sera brutal, mais vous l’aurez cherché.

  6. Bien entendu, les conflits de haute intensité se sont, presque exclusivement, déroulés entre coalitions.
    Mais qui peut aujourd’hui préjuger des futurs accords ?
    Comment un Chef d’État Major peut il, dès maintenant, désigner la Chine comme ennemi et les USA comme alliés ?
    Chaque armée se prépare, au mieux, aux conflits potentiels, pour lesquels la mission doit être ajustée et les moyens alloués. Reste le Chef, et ce fut souvent ce qui manqua à la France.
    Comment gober que dans une république (qui n’est déjà plus un pays…) affaiblie, détruite de l’intérieur, guidée par la volonté du « zéro victime », un Chef va se lever pour ordonner à la marine nationale d’aller se colleter avec la marine chinoise pour défendre Taïwan, un île chinoise dissidente ? Allez, Amiral, à l’heure des choix et des financements, forcer le trait ne peut nuire ; mais qui est dupe ?
    Et puis il convient de rappeler la mission des armées : « Défendre la France et les intérêts des français ». Ce n’est que pour ça qu’ils paient des impôts…. pas pour envoyer ses enfants se faire tuer pour des enjeux qui nous dépassent !

  7. Ah, les marins ; pourtant les moins « bourrins » parmi les militaires (officiers, mais pas que), avec les gendarmes : N’attendez pas d’un militaire une pensée intelligente à vision élargie ! Parlez leur seulement « tactique », « stratégie » ( partielle et bien délimitée, genre forêt roumaine ou lituanienne), histoire du régiment depuis 3 siècles, « tradis » et  » préparation opérationnelle » (idem pour les toubibs) . Un « spécialiste » reste un spécialiste ( technicien ). N’est pas Napoléon qui veut …

  8. Une fois de plus nous avons la démonstration de l’incompétence du stagiaire de l’Élysée. Il cause, et au mieux ne fait rien. Quand il fait, c’est catastrophique. Sa gestion du conflit ukrainien en est une preuve.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter