En 1989, la cause était pliée. Le socialisme avait montré définitivement son inefficacité et son visage inhumain.

Mais la révolution mondialiste ne se perd pas dans ce de détails, elle poursuit son but : l’homme nouveau. Par l’invasion des biens et personnes, elle détruit les identités et impose ses dogmes.

La gauche y a trouvé son compte ; en passant du au sociétal, elle s’est trouvé une doctrine en même temps qu’elle accomplissait le destin de la révolution, et avec les immigrés, elle s’est confectionné un nouvel électorat.

Maintenant, la réussite de la révolution mondialiste jette dans la révolte les peuples spoliés d’eux-mêmes et devenus conscients, d’un coup, que l’important n’est pas l’illusion de la lutte des classes mais la réalité de la cause des peuples.

Alors, il faut leur donner le change. Telle est l’utilité de la loi Travail et de la rigidité de Manuel Valls : elles raniment le cadavre de l’analyse marxiste. Tout le monde s’emploie à faire croire au public que la question qui se pose aujourd’hui est une question sociale, à résoudre entre le marché, les partenaires sociaux, à la bonne vieille manière du XXe siècle : la et FO, tout le cortège des vieilles lunes, Mélenchon, Nuit debout, les Indignés, la France insoumise.

Tu parles d’une France insoumise ; c’est pour mieux la soumettre, et définitivement, qu’on la lance sur cette vieille voie de garage. Et Manuel Valls triomphe, avec ses yeux en bille de loto, son menton en galoche, sa sueur grasse. Et la France se joue la comédie d’un autre siècle. Voilà une gauche complètement discréditée, démonétisée, une gauche hollandisée, qui se trouve à nouveau légitimée. C’est du pipeau, c’est du théâtre, mais qui le dit ? Notre vie n’est plus qu’un spectacle.

22 juin 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.