Editoriaux - Fiction - Médias - Société - 16 août 2014

Collabo ou héros ?

2020, le troisième conflit humain vient de s’achever. Deux milliards d’être humains viennent d’être massacrés. Moi, Franck Dupont, citoyen lambda, et ma famille nous en sommes sortis.
L’origine du conflit : l’Ukraine et la Russie. L’intervenant principal, comme toujours, l’impérialiste américain, défenseur de ses « valeurs » et surtout de ses intérêts économiques. Au milieu de tout ce capharnaüm, moi citoyen français, amoureux de son pays et de sa riche civilisation.

Septembre 2014, le conflit est commencé, les USA et leurs vassaux, dont la France représentée par le courant social-démocrate, sont entrés en guerre contre la Russie de . Très vite, cette coalition s’est enlisée et a perdu la guerre. Les Russes sont sur notre territoire en tant que vainqueur.

Je m’appelle Franck Dupont et j’ai choisi de collaborer avec ce vainqueur, non par idéologie mais par dénégation des pouvoirs en place. En 1995, à 25 ans, je croyais dur en la démocratie et la République, sur des valeurs qu’avaient pu m’enseigner l’école républicaine laïque et démocratique, m’expliquant le nihilisme d’avant 1789, et le bond en avant d’après.

2014, la France est envahie d’un multiculturalisme que moi et les miens n’avons pas voulu. Beaucoup se sont repliés dans les campagnes où ils pensent encore avoir des valeurs communes. L’islam n’y est pas encore trop prégnant.

L’homme est devenu une valeur marchande, monnayable, les femmes grecques, ukrainiennes et autres, noyées dans la pauvreté, vendaient leur corps et leur maternité pour survivre avec l’agrément législatif des représentants de la souveraineté populaire. Le capitalisme a ruiné les derniers espoirs de ceux qui croyaient encore au travail.

Les églises étaient transformées en mosquées et les palais de la République en lupanars des pétrodollars. Et moi, dans ce chaos infernal, avec ma foi catholique, bien noyée dans le républicanisme qu’on m’avait injecté jusqu’à outrance, suffoquais. Alors Poutine est arrivé, avec comme étendard la restauration des valeurs auxquelles je croyais et qui avaient comme un relent de passé nauséabond, expression typique des médias corrompus qui nous abreuvaient de leurs mensonges éhontés. Poutine parlait de foi, de famille avec un papa, une maman et des enfants, parlait de Dieu et osait braver l’interdit de parler de civilisation et de peuple « blanc, chrétien et amoureux d’une vraie liberté ». Alors quand les Russes ont remporté la victoire, j’ai collaboré à la restauration des valeurs en lesquelles j’avais foi et contre ceux qui avaient trahi leur peuple.

Fin 2020, les USA ont retourné la situation et repris le contrôle du monde ; leurs valeurs sont une fois encore à l’honneur ; je me retrouve devant un tribunal pour haute trahison, alors que j’avais toujours combattu contre des élites dont je pensais qu’elles étaient traîtres à leur peuple. Suis-je un collabo ou un héros ? Historiens du XXIIe siècle, si l’humain existe encore, merci de votre réponse.

Commentaires Facebook