[Chronique] Union européenne : ce qui se trame est bien pire que ça…

europe

Le Figaro Vox a publié, le 23 avril dernier, une tribune collective signée par 50 personnalités dénonçant le « tour de vis fédéraliste » prôné par une résolution du Parlement européen votée le 22 novembre dernier, puis par l’Assemblée nationale le 29. Le texte de cette résolution tire son origine de la Conférence sur l’avenir de l’Europe qui avait été lancée le 9 mai 2021. Ces personnalités remarquent d’emblée de jeu le fait que « l’Union européenne n’en finit pas de dériver vers une supranationalité écrasante. D’année en année, la devise "unis dans la diversité" a cédé sous une centralisation uniformisatrice effaçant les identités et les souverainetés. » Constat hélas parfaitement réaliste, et c’est des deux mains que j’aurais signé cette tribune comme ancien membre du Parlement européen et juriste de droit européen.

Enracinés contre déracinés

Il est important de noter que les signataires viennent d’horizons divers, de la gauche et de la droite, des intellectuels et des syndicalistes. S’y côtoient Arnaud Montebourg et Jean-Claude Mailly, Florence Kuntz et Nicolas Dupont-Aignan, Michel Onfray et Marcel Gaucher, Pierre-André Taguieff et tant d’autres. Preuve s’il en est qu’il est un clivage qui dépasse la vieille dialectique droite-gauche c’est celui des enracinés et des déracinés, des mondialistes et des souverainistes. Sans souveraineté nationale, la souveraineté du peuple s’évapore. Car, enfin, qu’est-ce qu’une nation si ce n’est un peuple organisé en corps politique. Détruire la souveraineté de la nation, c’est détruire la souveraineté du peuple. C’est détruire du même coup « le politique » pour le remplacer par la technocratie et le tout économique.

Décidément, on ne pouvait plus faire confiance aux peuples !

L’oligarchie européenne a été traumatisée par le rejet du traité portant Constitution pour l’Europe en 2005, puis par le Brexit en 2016, devenu effectif en 2020. Il y avait bien eu des signes avant-coureurs : le rejet du traité de Maastricht par le Danemark en 1992 et du traité de Nice par l’Irlande en 2002. Décidément, on ne pouvait plus faire confiance aux peuples. D’où l’idée d’organiser une Conférence sur l’avenir de l’Europe, dont les organes de délibération étaient composés d’hommes politiques, de « spécialistes », de 800 citoyens tirés au sort et d’une plate-forme numérique soigneusement encadrée. Un ersatz de référendum, en quelque sorte, mais sans risque démocratique. Nous en revenons au temps des magistrats athéniens tirés au sort. C’est sans doute ce que l’on appelle le progrès. Durant le débat à l’Assemblée nationale, Jean-Louis Bourlanges a lâché, comme une sorte d’aveu : « Je ne vois pas au nom de quoi on pourrait rejeter une consultation de citoyens, qu’elle soit représentative ou non est secondaire ! » Comme de juste, cette conférence a eu les conclusions que l’oligarchie attendait : la fin des décisions à l’unanimité et la majorité qualifiée étendue à tous les domaines, y compris la défense et les affaires étrangères. Les souverainetés nationales sont mortes, vive l’illusoire souveraineté européenne.

Un saut vers un État supranational européen uniformisateur

En vérité, il ne s’agit même plus d’un « tour de vis fédéraliste » mais d’un saut vers un État supranational européen uniformisateur, rouage de la mondialisation. Tout cela était inscrit dans les textes et la jurisprudence, et depuis très longtemps. Dès l’arrêt Costa c/ENEL du 15 juillet 1964, la Cour de justice de l’Union européenne affirmait : « Le transfert opéré par les États, de leur ordre juridique interne au profit de l’ordre juridique communautaire [...] entraîne donc une limitation définitive de leurs droits souverains… » Or, cet abandon qui concernait « des domaines restreints » s’est généralisé, traité après traité. Conjuguée avec l’article 5 alinéa 3 du traité de Lisbonne qui inverse le principe de subsidiarité, cette jurisprudence est le fondement juridique d’un État supranational centralisé.

Dans un État fédéral « classique », il existe un État fédéral et des États fédérés avec des compétences délimitées. Aux USA, il existe de grandes différences entre États sur le plan pénal, environnemental, sociétal, fiscal… L’UE, elle, n’a aucune limite et peut tout embrasser dans un délire uniformisateur, au gré des abandons de souveraineté des États membres, et que la résolution incriminée voudrait encore accélérer afin de les rendre irréversibles par la fin du droit de veto des États, dans les quelques pans de souveraineté qu’il leur reste. Au bout du compte, l’UE est devenue une adepte du « centralisme démocratique ».

Pour donner un coup d’arrêt à cette dérive, l’idée d’un référendum est séduisante, mais nous avons vu ce qu’il en était des référendums avec celui de 2005. L’oligarchie gouverne mal mais se défend bien et sans scrupules. Elle impose ses projets par l’ambiguïté et les tours de passe-passe institutionnels. Puisque l’UE ne tient ses pouvoirs que par les abandons de souveraineté acceptés par les gouvernements des États membres, la solution réside dans une alternance claire et déterminée à restaurer la souveraineté française et à redonner à la France le contrôle de son destin. Vite !

Stéphane Buffetaut
Stéphane Buffetaut
Chroniqueur à BV, élu de Vendée, ancien député européen

Vos commentaires

41 commentaires

  1. D’où l’urgence pour les formations de droite de mettre de côté leurs divergences pour se concentrer sur l’urgent : mettre dehors la macronie et les eurolâtres qui la constituent (ils n’ont à dire vrai que cela en commun).

  2. Question toute simple: quelle serait la langue officielle de cette entité européenne?
    enfin conséquences : un impôt supplémentaire, un échelon administratif de plus, et, surtout l’espace européen ouvert à toutes les invasions .

    • Si on »redonne à la Fance le contrôle de son destin » ,l a question ne se pose pas , la langue officielle est le Français et uniquement le Français.

  3.  » Au bout du compte, l’UE est devenue une adepte du « centralisme démocratique ». Le socle de toute dictature totalitaire.

  4. Les Etats Unis Etat fédéral , chaque Etat peut avoir une législation différente , la peine de mort par exemple n’est pas applicable dans certains Etats . L’Europe enlève petit à petit les compétences de ses Etats membres et transfère le tout au sommet ou la démocratie est fortement diluée , et ou le pouvoir est exercé par une avant garde « éclairée » .
    Les Etats Unis ont des frontières bien établies et bien défendues , ce n’est pas le cas de l’Europe.
    Les Etats Unis ne sont pas à la recherche d’autres Etats pour adhérer à leur fédération, l’Europe veut toujours s’élargir .

  5. Le macronisme sans états d’âme sinon de détruire la France, nous révèle le but ultime: le joug de ses habitants à ces institutions européennes démoniaques! oui, il est temps de réagir et de refuser en masse leurs funestes projets de liquéfier l’identité profonde de notre pays, ses valeurs, sa diversité culturelle . Tout se délabre dans notre société depuis la venue de ce technocrate sans foi, ni loi, qui ne vise qu’à « briller » sur la scène internationale et dissoudre les valeurs françaises. Unissons nos forces pour reprendre nos légitimités!

  6. Bien d’accord sur votre conclusion. Mais…comment s’y prendre ??? VOTER ‘ Reconquête ! ? le 9 juin ?

    • Oui, bien sûr, voter Reconquête le 9 Juin, il n’y a qu’un seul tour ! Je ne suis pas complètement certain, malheureusement, que le RN puisse être notre sauveur ( même si je lui accorde plus de crédit qu’aux LR !!! )

  7. Seul le Frexit rendra sa liberté à la France, à la Nation française, et aux français !
    L’UE est aussi dangereuse que l’OTAN.

  8. Le front contestataire à ce sinistre projet viendra de l’Est de l’Union . Ces pays ont suffisamment soufferts du joug soviétisme qu’ils n’ont aucune mais aucune envie de revivre la même chose .

  9. L’Europe de 2024 n’est plus la démocratie mais la démocrature, étape préalable à la dictature éclairée dans laquelle les citoyens n’auront plus leur avis à donner. Ce qui n’empêche pas cette Europe de donner des leçons à la terre entière !

  10. Mes chers amis ! Je le sais déjà ! C’est bien pour cette raison, que le scrutin prochain, est très important, voire existentielle pour la France ! Le Dimanche 09 Juin 2024 prochain serra le denier scrutin à l’élection du Parlement Européen, où nous voterons, en tant que Pays libre et souverain ! L’or des prochaines élections au Parlement Européen de 2029, nous ne voterons plus en tant que Pays libre et souverain, mais dans le cadre d’une Europe Fédéral ! Au fait aux dernière nouvelle le Font Monétaire Internationale a déclaré la France insolvable ! Comment voulez que dans un telle contexte les prochaines agences de notations, nous donnent une bonne note concernant la dette Française ! La conséquence c’est que les agences de notations vont dégradé la dette France ! Ce qui va augmenter automatiques les taux d’interets en France ! Ce qui nous mettra en défaux de paiement ! Et mettra la France sous la tutelle du FMI et de la Troika Européenne, qui ont ruinné la Gréce et son économie ! Ce qui a mis la Grèce sous la tutelle du FMI, de L’union Européenne et de l’Otan ! Et c’est exactement le but et le projet du Président Emmanuel Macron ! Il peut partir tranquille son oeuvre est réalisé ! Hervé de Néoules !

  11. Cette UE est déjà une catastrophe, financière et civilisationnelle . Il faudrait recréer une europe des nations contre l’UE qui est une trahison des peuples européens au services des oligarques. Je ne suis pas pour une France isolée mais au contraire accompagnée par d’autres pays dans une volonté de refonder une nouveau projet européen non bureaucratique et non contraignante et qui ne soit pas un paradis des lobbyistes mais un lieu de réflexion et d’actions pour créer des pôles d’excellence en toutes matières . Erasmus c’est bien , mais on pourrait aussi le faire autour de la culture et des technologies du futur , des programmes spatiaux Pourquoi pas une silicone vallée à l’européenne ?Il ya plein de domaines où la collaboration de plusieurs pays pourrait être bénéfique pour l’europe entière mais la bureaucratie et les normes et les juges ne font pas avancer une société . .

  12. La liberté ne se quémande pas elle se prend.
    Tant que la gamelle du chien est pleine sauf folie il reste obéissant.

  13. Et encore au dessus de l’UE, vous avez l’OMS, qui nous prépare un avenir mondial rayonnant, avec sa dictature des « vaccins » et des « pandémies » !

    • L’OMS, émanation de l’ONU, est pilotée par Bill Gates sous l’œil des Américains. Et l’Europe de Bruxelles par Soros et Karl Schwab, sous le même œil. Kif kif bourricot.

  14. L’Europe est l’avenir de M. Macron, sa seule porte de sortie du désastre où il a fini de nous précipiter.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois