Madame Taubira met-elle en danger la vie d’autrui ? La question peut se poser, ainsi qu’un appel à la démission, puisque, par le laxisme judiciaire qu’elle développe, les citoyens ne sont plus en sécurité.

Comment un détenu de 24 ans, connu pour une trentaine d’antécédents judiciaires, ayant fait l’objet d’une fiche de signalement, a pu bénéficier d’une permission de sortie au mois de mai, sans garantie de retour, et n’est jamais revenu à la prison de Réau ?

Comment un homme avec ce profil a-t-il pu bénéficier d’un aménagement de peine ?

Comment un détenu a-t-il pu également se radicaliser en prison et être autorisé à en sortir ?

Comment cet individu, au profil dangereux, a-t-il pu rester en plusieurs mois et commettre un braquage ?

La réforme pénale du garde des Sceaux est irresponsable. Sa politique met en danger nos policiers et nos concitoyens. Un policier est dans un état désespéré à cause de ce laxisme judiciaire, c’est inadmissible. Il s’agit, de la part du ministre de la Justice, de manquements graves au respect et à la sécurité de notre République.

Cette situation évitable est intolérable, notamment pour ceux qui garantissent notre sécurité au quotidien mais qui ne savent plus comment se révolter face à une telle permissivité judiciaire. Les syndicats dénoncent un angélisme pénal face à une délinquance de plus en plus importante, notamment la délinquance liée à la radicalisation religieuse.

Au lieu de vouloir libérer les prisons et aménager des peines aux délinquants et individus dangereux ou radicaux pour la société, les forces de l’ordre et la justice doivent disposer de moyens supplémentaires pour lutter contre l’insécurité et garantir une cohésion sociale et républicaine au sein de notre pays.

Pour madame Taubira, l’esprit Charlie n’existe pas, sa complaisance si. Mais saura-t-elle s’en expliquer et prendre les décisions qui s’imposent face à de tels faits ? Ou doit-on vivre encore d’autres drames comme celui-ci pour qu’elle prenne la mesure de ses actes ?

8 octobre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.