Chrétiens et musulmans ont-ils le même Dieu ?

Grande question posée dans Le Figaro du 22 juin, suite aux déclarations de Boubakeur pour qui une église ferait une bonne mosquée, avant rétractation : oui, chrétiens et musulmans ont le même Dieu, affirmait notre recteur… dès 2007. La cathédrale de Rouen fut le théâtre d’une passe d’armes entre ce dernier et le théologien François Bousquet et la réponse, déjà, fut oui… de la part des deux. Ma position personnelle sur le sujet est celle d’un croyant non pratiquant, avec un “passeport” protestant, mais Simone Weil et Bernanos “de cœur”, et considérant qu’un avis franc sur la question fait partie des libertés élémentaires d’expression en démocratie.

J’ai toujours eu la plus grande peine du monde à imaginer le même Dieu nous envoyer son “fils”, célibataire durant sa courte vie, il y a 2.000 ans, avant d’envoyer à l’humanité un “prophète”, 600 ans plus tard, lequel, parmi ses nombreuses épouses, compta une gamine mariée à 6 ou 7 ans, et dont le mariage fut consommé à 9. L’on se dispute toutefois dans les “milieux autorisés” musulmans : certains affirment que le mariage eut lieu à 9, et sa “consommation” à 12, c’est dire la marge de manœuvre… L’argument des prêtres pédophiles tombe à plat : ils ne sont en rien des “prophètes”, si ce n’est de malheur, et même couverts par leur hiérarchie, qui dès lors l’est aussi.

Quoi qu’il en soit, si cette simple opinion de bon sens, qui n’entame en rien d’éventuels liens cordiaux avec des musulmans, tombe sous le coup de “l’islamophobie”, la seule conclusion à en tirer est que notre liberté “d’opinion” court un immense danger. Nullement adepte des théories du complot, je maintiens un droit au “doute” (nommé aussi “principe de précaution”), y compris à l’égard d’une religion prônant “la ruse” dans ses textes sacrés, et qui prouve, à ce jour, partout où elle se trouve en position de force ou majoritaire, que les problèmes de liberté d’expression et de pensée ne sont jamais loin.

Hurlant en permanence au “martyre” en Occident, elle est en état d’expansion universelle par voie migratoire, situation que l’humanité n’avait jamais connue. Pour des raisons d’opportunisme carriériste presque exclusivement, l’essentiel des politiques occidentaux pense intelligent de se passer du principe de précaution (trop long, trop cher) et décide, donc, de courir ce risque pour nos descendants. Rien que l’exemple des croisades fait frémir quant à notre état psychologique. Preuve universelle de “l’agression” chrétienne, personne ne remarque plus ce petit détail chronologique : 300 ans avant la première d’entre elles, la soldatesque islamique agressait l’Occident du côté de Poitiers. L’islam est l’agresseur. Pas impossible, au regard de l’Histoire, que tout cela soit, aujourd’hui, la plus monstrueuse faute collégiale jamais commise par des “élites”.

À lire aussi

Culpabiliser : de la question migratoire à celle du climat

En France, c’est Zemmour, viré de certains médias, en Hollande, c’est un certain Robert Je…