Plus de cinq millions de chômeurs. Le bilan global de l’action gouvernementale est catastrophique, mais les ministres n’ont toujours pas conscience de la gravité de la situation. La France tombe dans l’abîme et cela inspire à Sapin, ministre intermittent ou plutôt incompétent, des envolées humoristiques. On fonce dans le mur, mais ça se fait dans la bonne humeur. Que demande le peuple ?

Alors que le Code du travail français a besoin d’un toilettage, qu’il ne faut pas confondre avec un détricotage dont se charge sans publicité le gouvernement, l’ancien ministre du Travail au sombre bilan, promu au rang de Gardien des Finances publiques, se plaît à manier le verbe pour cacher son inefficacité. Interrogé sur un Code du travail devenu trop complexe, il tourne en dérision un problème grave et déclare content de lui : « Il suffit de l’écrire plus petit [le Code du travail] pour qu’il soit moins gros ». Hahaha, elle est excellente, et ira concourir au Grand Prix de la Blague présidée par François Hollande, seul domaine dans lequel il lui reste encore un brin de légitimité.

Le nouveau ministre du Travail, François Rebsamen, baron socialiste qu’il fallait bien finir par caser quelque part n’est pas là non plus pour rassurer ce bon peuple de chômeurs qui grossit à vue d’œil (500 par jour en moyenne, d’après les statistiques officielles…). Le bonhomme est plus intéressé par le foot que par son ministère et les drames humains qui s’y jouent. Monsieur s’autorise à travailler sur un livre passionnant qui nous fera partager ses émotions lors des dernières Coupes du monde. Le chômage ? Pas vraiment son affaire. Il a un bon poste et des assurances ici ou là donc ce n’est pas un problème qui le touche directement.

Afin d’être certain de ne pas regarder la réalité en face, il se refuse désormais de commenter chaque mois les (mauvais) chiffres du chômage. Pratique quand on arrive sans solution dans les postes de des Français. Il se donne au passage un peu plus de temps pour suivre le foot. Tout bénef pour le Rebsamen !

Tout cela manque cruellement de sérieux. Le casting gouvernemental a beau avoir changé, l’incurie reste la même. Les problèmes de la France et des Français ne sont pas ceux du et des petits caporaux devenus ministres par la grâce du dieu Hollande. Ce qui intéresse la petite clique, c’est de profiter à fond du temps qu’il leur reste et de préparer la suite en s’assurant que le camp d’en face est exsangue.

L’extrême gauche est laminée, la est en miette un peu aidée par des socialistes qui « continuent de s’occuper des enquêtes de » (dixit notre bon ministre Sapin). On en oublierait presque que le chômage progresse encore et encore… à ce rythme, il se peut fort que le candidat socialiste (qui osera porter ces couleurs ?) ne fasse qu’un petit tour et s’en aille, poussé hors-jeu par le FN lors des élections de 2017.

Lionel Jospin qui en veut toujours aux électeurs de l’avoir humilié en 2002, pourrait voir débarquer un nouveau compagnon de route pour couler des jours maussades sur l’île de Ré. Une terre d’exil pour ceux qui refusent de chercher des solutions aux vrais problèmes qui touchent la France et ses habitants.

3 juillet 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.