À force de répondre à l’accusation fausse et lassante de pactiser avec le FN, je veux être clair, au plus près de la vérité dont je tente sans succès, oralement ou par écrit, de convaincre mes détracteurs.

Le FN n’aura ni mon vote ni ma haine.

Pourquoi ?

Parce que les choix politiques ne sont pas contradictoires avec l’équité démocratique. Parce qu’être un citoyen s’espérant éclairé n’implique pas qu’on soit indifférent au traitement des partis dont on ne partage pas les convictions.

Parce que, faute de l’avoir interdit, on ne peut pas appréhender le FN et ses millions d’électeurs comme si le premier n’était pas licite dans l’espace républicain et que les seconds étaient tous des pestiférés au pire dévoyés, au mieux abusés.

Parce que le président de la République, en ne respectant pas son engagement pour l’instauration de la proportionnelle (Le Point), choisit de sous-représenter une large catégorie de Français au lieu de veiller à un pluralisme parlementaire qui serait la traduction du pays réel.

Parce que cette injustice exacerbe les tensions et les frustrations que le pouvoir prétend apaiser par une étrange alchimie mêlant l’hystérie, le moralisme à géométrie variable et l’obsession de l’élection présidentielle à venir.

Parce que je déteste les postures politiques, culturelles et médiatiques ; et qu’on m’impose ce qu’il est convenable de penser, ce qu’il est obligatoire d’approuver ou de dénoncer.

Parce que j’en ai assez de ces journalistes qui, par ignorance et superficialité, privilégient l’aigreur de la forme à la force du fond et croient être des héros en « se payant » le seul FN avec en même temps, partout ailleurs, une frilosité dans le questionnement.

Parce que la haine n’est pas mon fort et que je préfère la contradiction à l’invective, les idées aux préjugés et le respect de tous mes concitoyens à l’opprobre projeté sur une multitude d’entre eux.

Parce que je hais seulement le mépris avec lequel les élites autoproclamées et médiatiquement validées considèrent le peuple et tous ceux qui n’ont pas compris qu’une bonne pour les privilégiés et les heureux était forcément idéale.

Parce que la présidente du FN a posté sur son compte Twitter trois images atroces du 13 novembre, que cette exhibition de sa part est scandaleuse, qu’elle en a retiré seulement une mais qu’il ne faut pas oublier que son parti a été assimilé aux tueurs de Daech – Pascal Bruckner s’est élevé contre cette confusion – et qu’avec une célérité trop rare le parquet de Nanterre a ordonné une enquête pour diffusion d’images violentes (TF1).

Parce qu’aucun parti n’a de leçons de morale à donner et qu’un inventaire objectif, toutes transgressions, indélicatesses et compromissions comprises, ne ferait pas apparaître une indiscutable légitimité chez les censeurs et l’abjection exclusive de leurs cibles.

Parce que l’état de l’autorité est lamentable en France et l’autorité de l’État structurellement défaillante et qu’il est énervant d’entendre notre président de la République n’invoquer les foudres d’une démocratie enfin revigorée que contre le terrorisme, le et l’antisémitisme et laisser de côté tout ce dont s’acquitte si mal, c’est-à-dire l’essentiel, crimes et délits mêlés.

Parce que, après les deux tours des élections régionales, il ne suffit pas de se féliciter d’avoir privé le FN de la présidence d’au moins trois régions mais d’être inspiré par un véritable esprit civique se préoccupant du sort de ces 6,8 millions d’électeurs que leur adhésion sans doute durablement stérile va laisser sur le bord de la République.

Le FN n’aura ni mon vote ni ma haine.

Je n’ai pas envie de dégrader le premier et de gaspiller la seconde.

Extrait de : Le FN n’aura ni mon vote ni ma haine !

21 décembre 2015

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.