Je suis triste. Triste depuis le 1er mai. Quand je vous ai vu monter à la tribune dressée place de l’Opéra, dans votre bel imperméable rouge, et lever les bras selon une tradition lepéniste, j’ai pensé, j’ai même espéré que vous alliez faire vos adieux. L’endroit était parfait. Vous avez prononcé, ici-même, tant de beaux discours sur Jeanne, votre héroïne préférée, sur la France, sur notre histoire, sur notre avenir à tous. La foule vous aurait acclamé, et Marine votre fille se serait précipitée dans vos bras, vous aurait inondé de baisers, sous des applaudissements sans fin.

Et vous seriez demeuré à ses côtés pendant tout son long discours plutôt que de fuir comme un mal-aimé… À trois ans près, vous avez l’âge du maréchal Pétain quand les socialistes, entre autres, lui ont donné les pleins pouvoirs. Lui a commencé une nouvelle carrière qui allait le mener devant une Haute Cour partiale. Vous, vous aviez, en ce 1er mai institué par ce même Pétain, le choix de quitter la politique le front haut, le front penché sur la terre comme le chante les Veilleurs, et vous auriez continué à conseiller la présidente du Front national, avec votre ami et excellent député Bruno Gollnisch, dont l’intelligence ne peut être qu’un précieux atout pour le parti, en oubliant les reproches d’une interview donnée à Rivarol.

À 87 ans, vous auriez eu tous les honneurs, ceux de vos plus fidèles électeurs et amis. Ceux de vos compagnons de lutte politique. Vous auriez eu la majorité des médias continuant à déverser leur fiel.

Bref, vous seriez parti en beauté. Le mouvement que vous avez fondé et sa présidente, que vous avez portés à bout de bras, vous auraient, comme jamais, porté aux nues.

Vous m’avez fait l’honneur de venir dîner à la maison, faisant passer à ma famille et quelques amis une soirée mémorable, où votre culture mêlée à votre humour nous a littéralement envoûtés… J’ai eu le plaisir, aussi, de rencontrer vos filles, dont Marine. J’ai affronté les sarcasmes de tous mes confrères journalistes qui me traitaient en coulisses de facho !

Et puis patratas, têtu comme un vrai Breton peut l’être, vous avez préféré affronter votre fille et son principal conseiller Philippot, n’admettant pas une seule fraction de seconde ses reproches, il est vrai, assez peu justifiés autrement que pour complaire aux rédactions. Effectivement, je n’ai pas compris pourquoi, tout d’un coup, Marine vous reprochait de défendre le vieux Maréchal dont je sais qu’un jour les historiens, les impartiaux, les vrais savants de l’Histoire le réhabiliteront. Dans toute votre carrière, vous n’avez pas dévié d’un millimètre votre trajectoire. Droit dans vos bottes vous êtes et vous resterez jusqu’à ce que le Bon Dieu, comme vous l’appelez, vous prie de quitter notre planète. Peut-être l’a-t-elle fait dans le but de vous pousser vers une gentille retraite qui vous ferait rester auprès d’elle. Mais non, tous les deux, vous avez choisi de vous déchirer. Avec l’appui des médias trop contents de déstabiliser ce parti qui s’envolait vers une victoire possible. Et l’on voit bien combien ces médias sont heureux de vous solliciter, de vous interviewer, de faire des directs avec vous pour enfoncer la présidente du Front national, en espérant que les électeurs s’en détourneront après un tel vaudeville qu’ils auront largement provoqué et entretenu.

Alors, mon cher Jean-Marie, de grâce, n’allez pas plus loin. Acceptez l’inacceptable. Ne reniez pas votre fille, ni votre petite-fille qui assiste à ce déchirement familial et politique avec accablement.

Vous êtes catholique. Votre fille l’est aussi. Acceptez tous les deux le pardon. Conservez votre titre de président d’honneur pour une retraite en pointillé heureuse. Pour le bien de tous. Pour le bien de la France pour laquelle vous vous êtes tant battu.

À lire aussi

Le Point offre une ode à BHL : il a vaincu Zemmour !

Décidément, les temps sont durs pour notre philosophe : non seulement, il est contraint, p…