Dans ce monde égoïste et individualiste, où les plaisirs de la vie dépendent de la consommation à outrance, une s’organise depuis quelques jours. Mais une résistance malsaine, où le terme même de résistance est dénué de sens.

Quand nos aïeux entraient en résistance contre un colon, un système ou un ennemi intérieur, l’homme devenait héros et, au prix du sacrifice, rentrait dans l’histoire. Aujourd’hui, on tient à nous faire croire que la résistance face « aux fondamentalismes, à l’obscurantisme et à la barbarie », pour ne pas nommer le terrorisme islamique, ne tient qu’à l’achat d’un journal.

Ainsi, durant une semaine, des files d’attente se sont formées tôt le matin devant les kiosques à journaux, jusqu’alors délaissés. Tous à la conquête du premier numéro de après l’attentat du 7 janvier dernier. Pour chacun, c’est une histoire de collection d’exemplaires de presse ayant marqué l’histoire. Ainsi peut-être retrouvera-t-on Charlie à côté de la une de L’Equipe du 13 juillet 1998, de du 12 septembre 2001, du Monde du 30 juillet 1969.

Mais il y a surtout une partie de ces personnes qui croient en un acte de résistance en achetant ce numéro. Que diraient nos glorieux résistants passés quand eux ont abandonnés femme, enfants, foyer pour se battre contre la menace à proximité, quand ces archétypes modernes se contentent d’attendre devant un kiosque de pouvoir donner trois euros pour quelques pages. Nous sommes face à une résistance mercantile, dans un monde consumériste, où chaque acte est dépourvu de sens.

Combien sont ceux dénonçant les causes de ces attaques ? Qui se plaint de l’ croissante qui déferle dans notre pays ? Qui exprime le sentiment de non-appartenance à une communauté nationale ? Qui parle de l’ de certains quartiers, certaines villes en ? Qui prévoit la balkanisation de la France ou de l’Occident dans ces files d’attente ?

La résistance ne s’achète pas, elle se vit au jour le jour. La résistance ne se dessine pas, elle se pense. La résistance n’est pas la tiédeur, c’est un combat de chaque instant. Nous assistons là à une dévalorisation sans précédent de la résistance, la rabaissant à trois pièces de monnaie. Depuis quand la résistance est-elle autant promue par les médias et politiques dominants ?

Entrer en résistance est un acte héroïque qui détermine notre vie quotidienne, pas un acte mercantile.

28 janvier 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.