Accueil Editoriaux Cette obsession pour la Seconde Guerre mondiale…

Cette obsession pour la Seconde Guerre mondiale…

Les programmes de nos télés officielles sont très étudiés et remplis de significations subliminales. L’éducation – ou plutôt la rééducation – des électeurs français doit faire l’objet de soins attentifs, n’est-ce pas ? Ainsi, récemment, nous avons pu visionner ou revisionner l’excellent Une journée particulière, très bon film sur Pierre Brossolette, le merveilleux Le Grand Charles et j’en oublie sans doute de nombreux…

Tout ceci en plein battage hollandesque de panthéonisation largement surmédiatisée.

Gageons qu’avant les élections régionales, nous aurons droit aux énièmes rediffusions du Vieux Fusil, de Lacombe Lucien et de Au bon beurre du regretté Hanin, accompagnées de quelques nouveautés judicieusement choisies.

Je suggère les sujets suivants : Les derniers jours de Pétain, Regards sur la vie de Klaus Barbie, un téléfilm sur une journée au camp de Beaune-la-Rolande, un débat sur Papon, une enquête approfondie sur les compagnies de chemin de fer françaises et la déportation, une étude sur les pétainistes à Alger en 1941, une histoire illustrée complète de ce qui fut appelé l’État français. Moyennant quoi, les téléspectateurs-électeurs seront bien “inculqués”.

J’ai le sentiment étrange que, si la France était une voiture, le conducteur foncerait les yeux rivés sur le rétroviseur. Cette bien triste époque 1940-1944 obsède curieusement certains “créateurs”, politiques, cinéastes. C’était pourtant quand même il y a 70 ans ! On s’y croirait encore ! Il y a bien d’autres sujets historiques à montrer aux Français.

La guerre de 1914-1918 en fournit une mine inépuisable. Elle est loin d’être très exploitée, non ? La guerre d’Indochine n’a pas existé. La guerre de 1870 ? Personne ne sait ce que c’est. La guerre d’Algérie, pourtant source de repentance potentielle évidente, est bien peu illustrée… Il y a surtout bien d’autres époques, récentes, à évoquer pour ouvrir les yeux des Français, la Belle Époque, les Années folles, et plein de chroniques à inventer sur fond de Trente Glorieuses.

Mais non, il faut en remettre couche sur couche sur les “heures-sombres-de-notre-histoire”, sur la haine de soi à la française, sur le “ventre-encore-fécond-de-la-bête-immonde”. Suivez mon regard, lequel est, bien sûr, objectif, désintéressé, fraternel et humaniste. Bref, nous sommes en pleine liberté de pensée médiatico-socialiste.

Et, tandis que le bon peuple télé-guidé (au sens propre du terme) pense avec 70 ans de retard, il ne voit pas venir le reste…

À lire aussi

Dans les EHPAD, ils meurent en silence

Eux décèdent seuls, puisque les visites des familles sont interdites. …