Editoriaux - Religion - Société - Table - 1 mars 2015

Cessons de faire des complexes avec nos croyances et nos convictions !

Profanation des cimetières juifs et chrétiens, salafisme triomphant dans nos mosquées, rejet du christianisme, radicalisation des banlieues, communautarisme, illettrisme, violence, chômage de masse.

Peuple méprisé, violenté dans son identité, peuple fragilisé, peuple agressé par ceux qui sont censés le protéger comme s’ils voulaient “donner le change” face à un envahisseur dont ils refusent d’identifier la menace, sous couvert d’une indigeste logorrhée : islamo-fascisme !

Tout est une question de rapports de force – le monde n’est pas une société de Bisounours — et de réponse à une quête de sens, de transcendance — la vie n’est qu’une course vers l’au-delà. Nous feignons de vouloir accueillir une communauté dont nous refusons de reconnaître la radicalité identitaire que nous voudrions réduire à l’un de ces « …ismes » par lesquels nous diabolisons tout ce qui identifie et différencie.

Nous avons perdu toute force morale. En guerre, nous sommes incapables de nous défendre. Nos valeurs républicaines et notre “libre pensée” ne sont que des forces de désarmement ! Nous répondons aux défis religieux par un prétentieux défi lancé à la religion, une arrogance matérialiste et un scepticisme relativiste ! Ultimes provocations intellectuelles de celui qui n’a rien compris, qui fait semblant de n’avoir pas compris ou qui refuse de comprendre parce qu’il préfère s’entretenir dans sa goujaterie, son ignorance, sa prétention, son confort, sa richesse, son pognon, son luxe, son sexe.

Quand renoncerons-nous à un sadomasochisme idéologique qui nous fait perdre toute crédibilité ? Quand arrêterons-nous de tout faire pour nous persuader que les hommes ne sont qu’un amas de matière, des bêtes de jouissance, des machines à consommer, des ventres et des spermatozoïdes à louer, des intelligences débridées et déconnectées de toute vérité, des êtres capables de dire tout et son contraire, de se moquer d’eux-mêmes, du ciel, de la terre, des enfants, des familles, de la patrie, de leurs maîtres ? D’écouter des pseudo-intellectuels… De révérer des Pierre Bergé éructant leur misère et leur prétention !

Tout est lié : le départ des jeunes djihadistes, notre laisser-aller, notre relativisme moral généralisé, notre manie de refuser ce qui distingue et différencie, notre incapacité à réagir face à l’erreur, à la laideur et au mal. Nous adulons des crétins talentueux qui ont mis leur art au service du nihilisme, nous érigeons en absolu une liberté d’expression consistant à tout dénigrer de manière imbécile, ignorante, arrogante et suicidaire. Voilà comment vient la profanation de nos cimetières par nos enfants désœuvrés. Nos morts n’ont plus de sens, comme nos vies.

Nous sommes malheureusement devenus méprisables et décadents ! Mais ce n’est pas une maladie mortelle ! Cela se soigne… Alors, de grâce, arrêtons les délires obsessionnels, faisons fermer leur clapet à tous ces imbéciles qui ne respectent rien, à tous ces relativistes qui nous privent de l’absolu. Élevons la voix. Cessons de faire des complexes avec nos croyances, nos convictions et nos admirations ! Faisons respecter ce qui doit l’être. Arrêtons de craindre d’énoncer une vérité, d’affirmer, de donner un avis, de ne pas être d’accord avec le cœur des eunuques de l’esprit. Refusons les sentencieux, les prétentieux et les arrogants. Soyons humbles et modestes, mais convaincus et déterminés. Osons ! Crions ! Réagissons ! Affirmons-nous ! Faisons-nous entendre ! Aimons avec passion ce que nous sommes. Alors peut-être irons-nous un peu mieux et serons-nous capables de nous défendre, d’être respectés parce que respectables et de résister à la vague qui va déferler…

À lire aussi

Leur véritable adversaire : la politique de l’enracinement

Ils veulent imposer leur vision de l’homme idéal selon Macron ! …