Leurs noms s'égrènent depuis quelques jours dans la presse : ces marcheurs de la première heure, élus députés LREM en juin 2017, qui ne se représenteront pas aux législatives de juin prochain. Le phénomène pourrait être banal mais, dans le cas de la majorité macroniste, il ne l'est pas. D'abord, car il atteint une certaine ampleur : ils seraient plusieurs dizaines dans ce cas. Ensuite, parce que ces sortants qui ne veulent pas rempiler le disent, et souvent sur le mode de la déception et de la critique. Les causes peuvent être personnelles, mais elles sont surtout politiques, et pas à la gloire du macronisme.

Si le phénomène devient un événement politique en soi, c'est qu'il touche les sommets de la majorité LREM : jeudi dernier, Le Monde s'est fait l'écho de la lettre d'Hugues Renson, vice-président de l'Assemblée, expliquant les raisons de son retrait. Le présentant comme « un acte politique mûrement réfléchi », il exprime son « doute sur la recomposition politique et le projet progressiste tels [qu'il les avait] envisagés [et son] inquiétude sur l’évolution de notre démocratie parlementaire ». De la part d'un macroniste historique et vice-président de l'Assemblée, c'est intéressant. On aimerait juste qu'il développe un peu.

Et puis, vendredi 18 février, c'est au tour d'un autre macroniste historique, Matthieu Orphelin, à annoncer son retrait. Il fut l'un des tout premiers candidats LREM investis en 2017. Certes, il avait déjà quitté le groupe LREM dès 2019, ainsi que son poste auprès de Yannick Jadot après l'affaire Hulot. Ses explications à lui ? « Politiquement, tout me pousse à y retourner », mais « personnellement, la décision est plus complexe », écrit-il, mentionnant un « burn out fin 2019 » et la volonté de « ne pas devenir un professionnel de la politique ».

Mais si l'on quitte les têtes de gondole de la Macronie, on rencontre aussi une foule de députés annonçant qu'ils ne se représenteront pas. Damien Pichereau, député de la première circonscription de la Sarthe, l'a confié à Ouest-France. Ce député discret a pour lui une justification en béton, puisée dans l'ADN même du macronisme : « Il y a cinq ans, je prônais le renouvellement. La politique n'est pas une fin en soi. Les Français en ont marre de ces gens qui se représentent à chaque élection, même si je respecte ce choix. »

Même démarche pour Nicolas Dumoulin, député de la 8e circonscription de l'Hérault, qui déclarait à La Gazette de Montpellier : « J’ai le sentiment d’avoir atteint mes objectifs en faisant le job à 100 %. J’ai fait le mandat que je souhaitais faire. Je ne souhaite pas faire une carrière politique. »

Plus connu, Jean-Louis Touraine, ancien premier adjoint au maire de Lyon Gérard Collomb, et qui s'est illustré dans les débats de bioéthique, a, lui, annoncé annoncé son retrait à Lyon Capitale, toujours au nom du renouvellement : « Il ne faut pas faire le mandat de trop et il faut savoir laisser la place au renouvellement. »

Et l'on pourrait allonger la liste de ces étapes du tour de France des députés LREM qui ne repartiront pas. Sans parler de Brune Poirson, qui a lâché ses électeurs en rase campagne, l'an passé.

Du coup, ces abandons intéressent d'autres macronistes, notamment les ministres sans circonscription, étoiles montantes du quinquennat Macron II, comme Jean-Michel Blanquer, Clément Beaune, Sophie cluzel ou Marlène Schiappa, comme le révélait le JDD, en janvier. Emmanuelle Wargon pourrait se présenter dans le Val-de-Marne où elle a, comme chacun sait, sa maison. Mais là, c'est la lecture officielle du phénomène : la fluidité du macronisme. Si Emmanuel Macron était réélu, sa nouvelle majorité ne ressemblerait pas à l'ancienne, alliances (avec LR ?) obligent. On se dirigerait vraisemblablement vers une majorité bicéphale : un group LREM, bien inférieur aux 300 députés de 2017, et un groupe LR. Mais Emmanuel Macron n'est pas encore réélu. Ni assuré de l'être.

Il semble clair qu'il y aura donc beaucoup de places vides pour accueillir cette poignée de ministres. C'est qu'il y a certainement une autre raison à ces nombreux retraits de députés LREM : la marque Macron n'est plus aussi vendeuse qu'en 2017. Si même les députés sortants nous le disent...

Illustration : Hugues Ranson

7695 vues

21 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

49 commentaires

  1. Si les parrainages ne sont pas atteint, ça sera le scandale de trop! La suite se fera dans la rue…et j’espère que nous serons nombreux à paralyser le pays ! Cette mafia au pouvoir ne comprends que le rapport de force !

  2. Espérons que si Macron devait être ré élu Président, il soit « assigné à résidence »! à l’Elysée, par un Parlement qui n’aura plus du tout la Couleur de la perfidie….

  3. Suite au déni de démocratie que représenterait l’absence des candidats nationalistes à l’élection présidentielle, il parait évident que les députés LREM risquent bel et bien de perdre leur mandat lors des législatives suivantes.
    Ce n’est que pure logique, et les électeurs frustrés offriront à leurs champions une audience « revancharde » très compréhensible.
    Cohabitation en vue ????

  4. Le vent et l’ivresse seraient-elles entrain de tomber ?
    Majorité à l’assemblée … Souvenez vous. En 2017 il n’avait aucun député avant d’avoir la majorité …
    L’électeur est surprenant !

  5. Ils sont tous déjà remplacés par des traitres socialistes, ou des traitres LR.
    Ne vous en faites pas il ne manquera aucun lèche-bottes.

  6. Je pense que, même si, hélas, il est réélu, Macron a mangé son pain blanc, comme disait ma grand-mère. Si tant de députés LREM ne souhaitent pas se représenter, c’est non pas tant par souci du risque de devenir des « professionnels de la politique » que par peur d’un échec électoral prévisible. Macron peut-il vraiment compter sur un soutien parlementaire de LR ? Pas sûr. Je crains qu’il n’ait à faire face à une cohabitation qui ne dit pas son nom. Il va transpirer, notre chef de guerre…

  7. Comment ont-ils pu tenir aussi longtemps en étant considéré comme des godillots prêts à voter tout ce qu’on leur dit même les pires trucs ?

  8. cette bande de voyous ont rempli le poches maintenant c’est le suave qui peut mais ceux qu’il ne faut pas oublier se sont les LERM mis, qui sont dans le collimateur de la justice

  9. S’il est réélu -prions le ciel que non !-, Macron sera encore plus mal élu qu’en 2017 et dans des conditions qui seront encore plus détestables qu’en 2017. Et le débat aura été une fois de plus confisqué, et l’élection volée. Et les problèmes se seront aggravés depuis 2017. Et il sera encore plus seul qu’en 2017. Et la majorité LAREM n’existera plus, réduite au 1/4 de celle de 2017. Ce sera le chaos.

  10. Ces politiciens ont mené à bien leur mission : détruire la France, promouvoir les courants mortifères tels que wokisme, écoféminisme d’extrême gauche, racisme anti-Blanc déguisé en racialisme, et livrer des pans entiers de notre université à l’idéologie gauchiste. Maintenant, ils passent la main à d’autres, aussi dangereux et méprisables.

  11. Après avoir tant fait de mal à la France, à La République, à La Liberté (avec les confinements inconstitutionnels, le QrCode asiatique, les injections ARN obligées, les associations tans genres en Ecoles, etc…) les voila qui se sauvent. Lors de la Révolution Française qui a fait la République beaucoup ont du rendre des comptes sur leur vie à leurs opposants…maintenant c’est cool ! ! ! pourquoi se priveraient ils de voter le pire ?

Les commentaires sont fermés.