La gauche propose sans cesse de nouveaux dispositifs pour lutter contre la “xénophobie”. M. Hollande veut faire voter une loi faisant de l’antisémitisme et du racisme une circonstance aggravante (mais il me semble que c‘est déjà le cas et je ne vois vraiment pas ce que changerait ce nouveau texte).

M. Urvoas, porte-flingue de M. Valls, propose de sanctionner plus lourdement les élus coupables de soi-disant dérapages (on voit tout de suite qui serait visé), le but étant bien sûr de normaliser le débat public et d’imposer la pensée “correcte” à la nation.

La xénophobie et le racisme sont exécrables, mais le vrai racisme, la vraie xénophobie, pas la version unilatérale imposée par la gauche dont ne se rendent coupables que ses seuls adversaires, jamais les “bien-pensants” même lorsqu’ils tiennent des propos à la limite de l’antisémitisme !

Il existe pourtant des actes profondément racistes qui se produisent quotidiennement en France mais qui semblent n’émouvoir personne. Je parle des critiques et des insultes qui s’abattent sur les femmes non voilées et qu’on suppose être musulmanes (je vous conseille de lire le témoignage édifiant, paru dans La Voix du Nord, d’une habitante de Grande-Synthe aux prises avec des migrants intolérants).

Cet acte (délit ? crime ?) est profondément raciste et abject car en se fondant uniquement sur l’apparence d’une personne (c’est la définition même du racisme), on lui attribue une religion qu’elle doit impérativement suivre et dont elle doit respecter tous les dogmes, même les plus intégristes. Combien de jeunes femmes voient leur vie pourrie par cette persécution moyenâgeuse ? Au-delà des insultes, graves en elles-mêmes comme le sont toutes les insultes, ces malheureuses sont dépossédées de leurs droits les plus élémentaires de citoyennes, de leur droit de choisir leur mode de vie, leur religion, leur façon d’être.

Je suis d’origine maghrébine, et alors ? J’ai le droit d’être musulmane et vouloir me promener les cheveux au vent. J’ai le droit de suivre les préceptes du Prophète et de porter une jupe courte ! J’ai le droit de devenir athée ou chrétienne ou juive ! Personne, ni mon père, ni mon frère, ni mon voisin n’est autorisé à se mêler de mes choix qui n’appartiennent qu’à moi. Si quelqu’un ose me faire une réflexion la loi doit s’abattre sur lui avec toute la rigueur voulue, car imposer une religion ou un aspect d’une religion à quelqu’un est un acte répugnant.

Voilà le combat que devraient mener M. Hollande et Mme Taubira s’ils étaient sincères, si vraiment ils voulaient lutter contre le racisme.

9 octobre 2015

À lire aussi

Le télétravail va-t-il se retourner contre les seniors ?

Les réunions par visioconférence ne sont pas aussi productives que les réunions en face à …