Jeudi matin, 9h30, mairie du XIXe arrondissement à Paris. , tête pensante, égérie de la contre le mariage gay du 17 novembre, a rendez-vous avec une équipe de l’émission « Complément d’enquête » qui doit être diffusée le soir même sur 2. L’interview est prévue dans la salle des mariages. Le maire, le sénateur socialiste Roger Madec, a donné son feu vert.

Mais voilà, notre apparatchik socialiste (ancien du CERES, l’aile de la nébuleuse rose, mais surtout connu comme un habile manœuvrier) change d’avis et refuse que le tournage ait lieu. Il ne savait pas, explique-t-il, que l’invitée de Benoît Duquesne n’était autre que la parodiste, passée avec âme et minijupe au catholicisme. « Je vous interdis de tourner. Je la connais, cette Frigide Barjot ! » Son directeur de cabinet expliquera, après l’incident, qu’un accord avait été donné pour des entretiens avec Louis-Georges Tin — le président du Conseil représentatif des associations noires de France, le CRAN, et figure du mouvement gay — et un « témoignage ». Ce sera donc niet.

Contacté sur son portable par notre édile en personne, Benoît Duquesne, manifestement exaspéré, maintient le tournage. Aussi sec, notre bon maire fait couper l’électricité. Une à une, les lampes s’éteignent. On terminera dans le noir ! Mais l’émission sera néanmoins diffusée « en intégralité » dans « Complément d’enquête », y compris sa partie tournée en pleine pénombre. Et na !

Morale de l’ pour Frigide Barjot : « Ils ont la trouille. Depuis que les gens ont compris les vrais enjeux — la mise en danger du couple homme/femme — depuis qu’on est sorti du noir, si j’ose dire, ils sentent que les gens n’en veulent pas de leur “mariage”. » Et de réclamer ce rendez-vous à l’Élysée qu’un autre grand démocrate, François Hollande, ne veut décidément pas lui accorder…

Regardez la séquence en question :

30 novembre 2012

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.