Après la relaxe des Femen, me revient en mémoire la forte citation de Audiard : « La c’est comme la Vierge Marie : si elle ne se manifeste pas de temps en temps, le doute s’installe ».

J’étais là, le jour où ces harpies ont fait irruption, vociférantes et agressives, dans Notre-Dame. J’étais là, également, lorsqu’il a fallu les « prier » cordialement de sortir avec les dizaines de journalistes qui les suivaient à la culotte. Là, également, quand il a fallu soutenir mes amis surveillants qui avaient été mis en examen pour « en réunion », et même pour « attouchement sexuel » (sic), alors qu’ils ont simplement fait leur boulot.

La cathédrale Notre-Dame avait porté plainte pour des dégradations, ce que ses avocats n’ont pas réussi à prouver. Mais ce n’est pas seulement pour une dégradation de cloche (si superbes soient-elles !) qu’il faut attaquer les Femen : c’est pour leur dégradation profonde de tout ce qui est beau (églises), de ce qui est vivant (apologie de l’IVG), de ce qui est femme (contribuent-elles positivement à l’image de la femme ?), de ce qui est français (Notre-Dame, symbole de la France qui réussit) et de ce qui est sacré (la foi). Ce qu’elles ont fait à Notre-Dame de Paris, c’est un véritable attentat symbolique envers la France et l’Église, mêlé à un déversement public du le plus rance, d’injures antichrétiennes et de violences en réunion méthodiquement organisées.

Pourquoi sont-elles ainsi surprotégées ? Tout simplement parce qu’elles représentent la quintessence du « progrès » ; elles représentent l’écume de tout ce que cette a d’haineux ; elles sont l’incarnation, en chair, en os et seins nus, de la nouvelle religion de Peillon, Taubira et de Vallaud-Belkacem : la religion de la République décadente et « genrée ».

Avant de perdre définitivement tout espoir, attendez toutefois le procès de l’AGRIF, représentée par Maître Jérôme Triomphe, qui a porté plainte pour injures publiques envers un groupe de personne en raison de son appartenance à une religion déterminée, qui relève de la loi antiraciste, et qui promet un procès autrement plus coriace que celui qu’elles viennent de gagner.

11 septembre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.