Alors, camarade Montebourg, camarade Hamon, on fait quoi, avec les filles de Lejaby ? Vous secouez les banques, et votre Banque d’investissement, notamment ? Il s’agit de travaux pratiques, à la fois pour le « redressement productif » et pour « l’économie sociale ».

Là, vous avez le cocktail complet : industrie de luxe (économie de niche, carnets de commande optimistes, made in France) et coopérative des personnels qui ont repris la boîte…

Lundi dernier, la dame leader de la coopérative ex-Lejaby (aujourd’hui Les Atelières), Muriel Pernin, a annoncé : trésorerie refusée par les banques, vendredi, c’est la liquidation. Et ça, au bout d’un an. Bravo, camarades Montebourg et Hamon (et la région Rhône-Alpes socialote, elle fait quoi ? elle ne pourrait pas garantir les prêts ?) !

Évidemment, la fermeture des Atelières ne modifiera pas en profondeur le bilan chômage : trente personnes dont cinq ex-Lejaby (la maison fondée en 10 avec origines en 1884, lingerie fine). Trente chômeuses de plus ou de moins, qu’importe !

Mais la politique (la vraie, pas l’économie comptable, dont on se fout et à juste titre) est affaire de symbole : permettre aux Atelières de relever le défi d’une industrie de la création française (dentelle de Calais, coton naturel, soie idem, travail à la main, pour envelopper les seins, les fesses et les jambes des dames les plus élégantes, et les plus fortunées, voire d’autres, rêveuses attentives, french touch garantie), voilà qui serait un acte spectaculaire qui pourrait être mis en scène intelligemment. Car c’est à coup de symboles, autant que de milliards compétitifs, que ce pays retrouvera la confiance, carburant essentiel à la reprise.

Les chevaliers Bayard-Montebourg et Du Guesclin-Hamon ont jusqu’à vendredi pour contraindre les banquiers qui, naturellement, font dans leurs braies du côté de Villeurbanne et Lyon, à lâcher du crédit — pas cher, hein ! — aux Atelières.

Partager

À lire aussi

Et ils n’ont rien trouvé d’autre que le bureau de Delanoë ?

Manquent plus que Mme Dati et la famille Tibéri pour reconstituer la ligue dissoute et pro…