Accueil Editoriaux Calais est-elle encore une ville française ?

Calais est-elle encore une ville française ?

Voici une question qui vient légitimement à l’esprit quand on étudie les images, témoignages et autres reportages parlant de la jungle de Calais.

En premier lieu, on peut remarquer que les migrants ont le droit de se déplacer selon leur bon vouloir. Pourtant, il faut le rappeler, ils sont sur le sol français de manière illégale. Il est ainsi toujours perturbant de voir que les migrants peuvent organiser des manifestations, encadrées par la police, bien que leur présence en elle-même viole nos lois. Les migrants seraient-ils, de fait, des « citoyens français/européens sans papiers » ? C’est ce qui expliquerait la décision de prendre en compte les migrants dans la nouvelle campagne de recensement de l’INSEE.

Cela reste tout de même assez ironique puisqu’aucun ne considère la France comme un idéal, bien au contraire, préférant partir en Angleterre où le travail est bien plus facile à trouver et où l’opinion publique est bien plus tendre avec les « minorités » (oui, il existe des endroits encore plus complaisants que la France). C’est donc sans aucune surprise que, durant la dernière manifestation organisée par les « No Borders », la foule criait « UK, UK » (« United Kingdom », Royaume-Uni en français).

Les migrants de Calais seraient donc destinés à partir dès que possible vers le rêve anglais. Mais c’est sans compter sur la fâcheuse manie qu’a la France, depuis bien trop longtemps, de préférer défendre les intérêts de tout le monde sauf d’elle-même. Ainsi, après un accord avec nos « amis » d’outre-Manche, la France a décidé de bloquer l’accès à l’Angleterre, préférant ainsi engorger la ville et trahir les Calaisiens.

Le plus paradoxal reste la réaction des sujets de la reine. Les Anglais sont, de loin, le pays européen ayant choisi le plus radicalement possible la voie du multiculturalisme. Preuve en est, maintenant ils prennent même en compte la polygamie pour la distribution de certaines aides sociales. Or, ils refusent de recevoir ces personnes en situation irrégulière. N’est-ce pas assez pour nous alerter sur le danger que nous courons ?

Pendant ce temps, en France, l’économie dégringole (camions saccagés, amende pour les entreprises transportant [malgré elles] des migrants, peur des commerçants, etc.).

La population locale – autant que les forces de l’ordre – sombre dans la dépression et, sans doute, tout cela aura des conséquences sur la durée (alcoolémie, drogue, maladie, violence, etc.).

La valeur des biens chute à une vitesse folle, au point que des Calaisiens ont récemment appelé le gouvernement, responsable de cette situation, à racheter leurs maisons.

Et sans doute, à terme, un remplacement de population s’effectuera, dès lors que la présence des migrants aura amorcé un exode des populations locales vers d’autres régions, vidant petit à petit un territoire déjà en souffrance depuis les désindustrialisations massives.

Alors, Calais, encore un territoire perdu (abandonné ?) de la République ?

À lire aussi

Magasins sans caisse : comment faire dépenser plus en moins de temps

Le client doit pouvoir croire que payer est une option, que l'achat est un hobby comme un …