On peut être un journal réputé, sérieux, et même ch…, selon le souhait bien connu de son fondateur non moins connu, et, une veille de rentrée, quand on a encore du sable entre les doigts de pieds et que l’on est pressé de boucler le cartable des mouflets, coucher en vitesse sur le papier quelques contre-vérités.

Si l’on en croit un article du Monde intitulé « Bruno Le Maire, à  toute », celui-ci aurait ainsi « [constaté] qu’il [plaisait] davantage à la droite rurale et catholique ». Peste. Si la droite rurale et catholique en pince pour Bruno Le Maire, c’est une relation sado-maso : en juillet dernier, il affirmait au JDD qu’il avait été « fier de se faire siffler » par les opposants au Mariage pour tous lors du meeting de Sens commun. Et d'ajouter : « Je crois au mariage homosexuel. » Hmmm… la France rurale et catholique a dû adorer. Si s’imagine la séduire, c’est qu’il pense, à tort, cette droite suffisamment gourde pour ne pas regarder plus loin qu’une mine de séminariste, suffisamment sourde pour ne rien comprendre. Lorsque, avec la fougue honnête de leur jeunesse, les représentants de Sens commun se sont indignés des propos de Bruno Le Maire, on leur a glissé, en haut lieu, qu’ils auraient pu avoir le bon goût de crier moins fort, comme l’on gronde tout bas les purs et les idéalistes pour leur manque de bienséance dans les respectables familles bourgeoises de Mauriac.

Bruno Le Maire, « en préconisant, lors du Grand Jury RTL­ Le Figaro­ LCI, le rétablissement de la double peine pour les ressortissants étrangers ayant commis des actes terroristes », espèrerait « occuper la place à droite de l’échiquier et se positionner sur ce créneau au cas où Sarkozy serait empêché par la justice », explique encore , citant un ex­-ministre.

La vérité, pourtant, est que si Sarkozy peine « sur ce créneau », ce n’est pas à cause de la justice. Ou alors de ce que l’on pourrait appeler la immanente : celle qui frappe la femme passionnément aimée qui, en trompant son amant, a tout brisé. Elle peut refaire tinter son rire comme autrefois, croiser à nouveau ses jolies jambes, se parfumer avec le même flacon, le charme est rompu. On n’y croit plus. Mais il ne suffit pas, pour la voisine, d’endosser la même robe et d’utiliser la même eau de toilette pour susciter le même engouement, si elle a la gorge plate et du poil aux pattes : comment pourrait-il faire figure d’homme fort de droite quand, sur bien des points, il était à l’avant-garde des socialistes ? Pour citer un sujet brûlant, le ministre qu’il fut n’évoqua-t-il pas le premier, cyniquement, sur un plateau télévisé, la modulation des allocations familiales : « Prenons mon exemple : J’ai quatre enfants, je suis ministre, croyez-vous que j’ai besoin d’allocations familiales ? »

Bruno Le Maire, en demandant l’expulsion immédiate de « tous les ressortissants étrangers visés par une fiche “S” », après l’affaire du Thalys, s’exprimerait même, toujours selon , comme Marine Le Pen ! C’est qu’il voudrait « courtiser désormais l’électorat populaire et ouvrier ». Qu’il suppose gaiement, sans doute, aussi niais et bigleux que la droite rurale et catholique.

Eh … la rentrée, on sait ce que c’est. Mais, là, comme disent les enfants, c’est abuser. Le Maire, fruit de l’union de Sarkozy et Le Pen, rassemblant de la droite rurale et catholique à l’électorat populaire et ouvrier, c’est quand même très osé. Beuve-Méry avait dit chiant. Pas délirant.

51 vues

1 septembre 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.