Neuf milliards d’amende et on se quitte bons amis ? Le racket dont est victime BNP Paribas pour avoir contourné l’embargo américain sur les transactions financières concernant le Soudan, et l’ vient de connaître un nouveau rebondissement dans lequel la banque, penaude, dit Amen aux sanctions. Une banque bien isolée avec un soutien peu marqué d’« autorités » françaises au mieux silencieuses, au pire grotesques lorsqu’il s'agit de hausser le ton.

Ce qui est bien avec le actuel, c’est que sa désormais légendaire couardise permet de prévoir ses réactions futures. Tout est déjà écrit à l’avance, pantalonnade inlassablement répétée dont la conclusion est prévue : à la fin, c'est nous qui passons à la caisse. L’affaire de BNP Paribas, harcelée par les autorités bancaires américaines, illustre cette triste réalité. Le bouc émissaire paiera cette fois 9 milliards d’euros, et ce n’est qu’un début.

Les derniers événements se déroulant sous nos yeux n'ont rien de surprenant, on s'en voudrait presque d'être ébahis. La détermination américaine et la faiblesse française ne laissaient présager qu’une seule issue à ce problème pourtant artificiel. Les neuf milliards d’euros, eux, sont bien réels et alimenteront les caisses du Trésor américain qui a trouvé une astuce géniale pour se remplumer : aller chercher l’argent dans le portefeuille du voisin et se faire passer pour une victime. Voilà la stratégie concoctée par les savants de l’administration Obama. Efficace, d'une facilité redoutable. Il n'y à que se baisser pour moissonner. Hollande a bien dit deux mots à Obama lors de sa visite en Normandie. Pour quel résultat ? La tête de certains dirigeants est sauvée ! Quelle victoire !
 
Une « victoire » en forme d'humiliation, en attendant de plus gros camouflets encore. L’accord de libre-échange transatlantique (TAFTA) est annonciateur de déconvenues bien plus grandes pour la France et ses entreprises. Tout sera attaquable et les caisses de l’Oncle Sam vont se remplir jusqu’à exploser. Un nouveau plan Marshall pour une ruinée sera alors mis en place et l’hégémonie américaine perdurera un siècle supplémentaire. Une fiction que la réalité pourrait rejoindre si la faiblesse demeure la seule réponse des Européens. 
 
a beau jeu de dire que cet épisode peut remettre en cause un accord déjà honni par une majorité de Français. Cela ne changera rien tant les Européens sont prêts à avaler toutes les couleuvres américaines. Un vent mauvais souffle depuis l’Atlantique et personne, semble-t-il, n’ose le contrer. On ne compte plus le nombre d'éditorialistes qui se complaisent dans des analyses serviles, avançant que seule une bascule complète vers le modèle anglo-saxon permettrait de sauver nos entreprises. (Mal)heureusement nous sommes des Latins et il serait bon de se le rappeler pour qu'un autre vent, celui de la révolte, balaie enfin tous les miasmes venus de Washington.

26 juin 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.