Editoriaux - Politique - 16 mars 2017

Le blues du vieux mâle blanc de Montpellier

Philippe Saurel, maire de Montpellier à plein temps, cumule plusieurs handicaps. D’abord, il est blanc. Ensuite, il est de sexe masculin et, pour ne rien arranger, il n’est pas tout jeune. De toute évidence, il exagère. J’allais oublier : bien que plus ou moins socialiste, le voilà parti soutenir le gros Macron. De quoi faire exploser de rage la porte-parole du petit Hamon, Laura Slimani, dont le tweet énervé ne se fit pas attendre :

“Je sais pas vous mais moi je m’en passe bien du soutien de Saurel : 1 autre vieux mal (sic) blanc libéral en moins.” Et paf, dans les dents ! Et le maire de porter plainte, et Benoît Hamon de ne rien dire… Trop occupé à aller saluer les électeurs en prière dans les mosquées salafistes. “Salam Aleykoum à toi et à toi aussi… On dit comment, subvention, en arabe ? Oui, grosse subvention. Ah, ils ont compris… et n’oubliez pas de voter pour moi, hein ? Voilà… Allez, mosquée suivante…” Pas le temps de surveiller les tweets de Laura Slimani. Seul grief, tout de même : “mâle” ne s’écrit pas “mal”. Il convient d’exprimer sa haine du sexe masculin de manière à ne pas créer de confusion. Attention pour la prochaine fois.

Dans un communiqué digne d’un article de Boulevard voltaire, Philippe Saurel s’est drapé de bon sens : “C’est un tweet sexiste et raciste. On ne peut pas traiter quelqu’un de blanc, de noir ou de jaune. Et de mâle non plus. Je vous rappelle que le féminin de mâle, c’est femelle. Imaginez qu’on ait dit : vieille femelle noire…” Ne semble pas s’apercevoir qu’il est victime de l’idéologie dominante du parti dont il fut membre… Sait-il qu’au PS, certains militants sont au bord de porter plainte contre eux-mêmes tant ils se trouvent trop blancs, trop masculins, trop âgés ou presque trop… Cambadélis rase les murs, Hollande a payé un coiffeur à prix d’or pour tenter d’avoir les cheveux crépus, hélas sans résultat, d’autres essaient des robes en cachette, optent pour des formules “métissage express” hors de prix dans des centres de bronzage.

Le maire de Montpellier ne savait pas. Ou fait semblant. Toujours est-il que le voilà planté chez le gros Macron… Où il risque de se trouver, tôt ou tard, confronté au même état d’esprit. De ce côté de la pensée politique, il n’y a aucune issue. Vieux mâle blanc à perpète. Ringard, démodé, risible… Retour à la case Montpellier, coup de fil à Juppé : “À Bordeaux, dans le tri sélectif, vous avez un container pour les vieux mâles blancs ou vous les mettez aux encombrants ?” Et c’est à ce moment précis que Renaud viendra chanter “Le Blues des repentis du PS”.

À lire aussi

Ségolène Royal, la diva des pôles, aurait-elle dérapé sur le budget ?

Les multiples clichés de ses activités relayés de manière intensive sur Twitter et Interne…