Les conseillers régionaux de la région Midi-Pyrénées – Élisabeth Ponchalon et Vincent Terrail-Noves – ont dénoncé auprès du procureur de la République de Toulouse Michel Valet la chance insolente dont bénéficiait la AWF Music dans l’attribution des contrats lors des appels d’offre de la région Midi-Pyrénées.

Cette société s’occupe de l’éclairage et de la sonorisation des cérémonies et colloques et a facturé 1.720.000 euros déclarés sur cette région depuis 2008.

Ce n’est qu’une goutte d’eau comparée à l’affaire Bygmalion, mais tout de même !

La particularité de cette société AWF Music est qu’elle est gérée officiellement par le frère (Aïssa) et la belle-sœur (Nathalie) de l’actuel (mais pour combien de temps) secrétaire d’État chargé des Anciens combattants et de la mémoire (Kader Arif) qui, bien entendu, est soupçonné d’avoir favorisé l’attribution de ces marchés à sa proche famille.

Le procureur de la République a déclaré « avoir le devoir de vérifier la véracité de cette dénonciation circonstanciée, et de constater s’il existe des anomalies de relations contractuelles entre la région et certaines sociétés ».

L’enquête a été confiée à la police judiciaire de la ville rose.

Le secrétaire d’État, Kader Arif, n’a pas souhaité faire de commentaires.

Mais lors du 20 heures de TF1 du 11 septembre, il a déclaré « être dans la sérénité », a dénoncé les « amalgames et insinuations » et affirmé qu’il n’avait « jamais été conseiller régional de cette région ».

Rappelons tout de même que Kader Arif a été pendant 10 années secrétaire fédéral du de Haute-Garonne, dont la région Midi-Pyrénées est dirigée par le socialiste Martin Malvy.

Pour en revenir à la société AWF Music, précisons que la belle-sœur de M. Arif oubliait de payer ses impôts et sa taxe d’habitation depuis 2011.

Nathalie Arif n’a pas, encore, invoqué une « phobie administrative », virus qui se propage chez nous à la vitesse « Ebola » depuis quelques jours.

Difficile de récupérer cette somme, qui approche les 10.000 euros, car la société AWF Music est en liquidation judiciaire, mais elle a ressuscité très rapidement sous l’enseigne AWF tout court, avec les mêmes dirigeants (déclarés) et a facturé, depuis, pour 250.000 euros (source le quotidien Atlantico).

Ce n’est plus un orage, ni une tourmente, mais une véritable tornade au cœur de laquelle se trouve le gouvernement de Manuel Valls. Il est vrai que si Kader Arif était largué prochainement il ne serait même pas nécessaire de le remplacer, tant il était inexistant.

14 septembre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.