Accueil Discours Avec des amis de droite pareils, pas besoin d’ennemis socialistes
Discours - Editoriaux - Médias - Politique - 1 janvier 2017

Avec des amis de droite pareils, pas besoin d’ennemis socialistes

Tout a été dit, ou presque, à propos de la victoire, inattendue selon les médias mais attendue par les électeurs de la France réelle, de François Fillon à la primaire de la droite et du centre. Les mêmes oracles qui prédisaient un succès foudroyant d’Alain Juppé vous expliquaient doctement, à la lumière des résultats, que l’édile sarthois avait réussi à convaincre le peuple de droite par un discours libéral en économie doublé d’un discours conservateur sur les valeurs. La réalité est plus nuancée que cette approche primaire pour une primaire.

La vérité est que François Fillon n’a jamais amendé son discours au gré des modes médiatiques, louvoyant çà et là comme ses congénères encartés pour complaire à la dizaine d’éditorialistes subventionnés qui font l’opinion. Poutine, Syrie, avortement, adoption plénière par les couples homosexuels, islam fondamentaliste, pression fiscale : autant de thèmes hétéroclites à propos desquels l’ancien Premier ministre a enfoncé le clou, mine renfrognée sous le sourcil broussailleux. Les circonvolutions “juppéesques” du deuxième tour n’y ont rien fait, notre champion a triomphé droit dans ses bottes, comme aurait déclaré le maire de Bordeaux.

Cette victoire implacable n’a pas empêché François Fillon de restructurer l’organigramme des Républicains avec élégance, nommant à des postes stratégiques d’anciens adversaires internes, faisant la synthèse nécessaire au rassemblement de sa famille politique. Mais là où le bât blesse, c’est que ces nouveaux opportunistes, passant sans ciller du rôle de procureur à celui d’avocat, conservent leur idéologie de perdant.

Le roi des équilibristes à retournement de veste est sans conteste Benoist Apparu, nommé porte-parole du nouveau candidat, qui fait surtout profession de porte-parole de lui-même. Ainsi peut-on noter ces formidables allégations tenues ces derniers jours qui font état, suite à l’attentat terrible de Berlin, que “le lien entre attentats et politique migratoire n’a jamais été établi” (sic). Nous sommes, là, dans la même veine que les propos hors-sol tenus par un supporter de Manuel Valls déclarant que “la plupart des actes terroristes que nous avons dû affronter en France ne venaient pas de migrants mais bien de Français de souche” (sic). Faut-il rappeler que notre girouette prônait également la construction de mosquées avec des fonds publics tandis qu’il votait avec la gauche, comme un seul homme, la loi Taubira. Dans son sillage, Yves Jégo, fort de ses millions de militants de l’UDI, ex-soutien de Bruno-le-renouveau, s’est soudainement réveillé fillonniste mais ne souhaite pas qu’on touche à cette loi.

Si les Républicains souhaitent gagner l’élection suprême, il serait pertinent qu’un discours de droite affirmé et solide prédomine, conformément au mandat voté lors des primaires, à rebours des éternelles compromissions et soumissions à l’endroit de la tyrannie de la bien-pensance. Cela étant, souvenons-nous du discours musclé de Sarkozy en 2007 s’illustrant quelques mois après avec les très droitiers Bernard Kouchner, Martin Hirsch, Jean Pierre Jouyet, Rama Yade et Roselyne Bachelot au gouvernement…

À lire aussi

Un vaccin contre la crise du coronavirus : les impôts !

Ces remèdes de cheval préconisés par nos apothicaires ne seraient pas risibles si la Franc…