On ne sait pas qui a quitté qui, ni pourquoi, et, d’ailleurs, on s’en fout, mais on sait qui balance. Invitée du Grand Journal de Canal +, Audrey Pulvar, l’ex de Montebourg, a dit tout le mal qu’elle pensait de lui. À savoir, pour résumer, qu’il n’est qu’un boulet dans le Hollande et que le Président ferait bien de s’en débarrasser s’il veut voir sa cote remonter.

« Je pense qu'il est un des trublions du gouvernement et fait partie de ceux qui gênent l'action de François Hollande », a dit la dame, et de poser cette question : « Le fait que Jean-Marc Ayrault reconnaisse qu' l'a insulté au téléphone, ça ne vous semble pas être le meilleur argument pour le virer au prochain remaniement ? »

À vrai dire, tout le monde se moquerait bien de l’opinion d’Audrey Pulvar et de ses minauderies derrière ses lunettes à 5.000 euros si elle n’avait, du temps où elle partageait son lit, vanté comme personne les qualités dudit Montebourg. Elle le voyait même, assurait-elle, destiné à un grand avenir passant par Matignon. Sept mois après leur rupture, elle se venge comme la dernière des midinettes.

Que lui a-t-il fait, ou que ne lui a-t-il pas fait ? Ils étaient pourtant l’un et l’autre et l’un pour l’autre une jolie étape dans un plan de carrière bien pensé. Candidat à la primaire socialiste, le gommeux Montebourg s’offrait une compagne estampillée « minorité visible », et elle une étoile montante de la sociale et nationaliste.

Madame Pulvar, qui venait de quitter les cuisines du chef étoilé Alain Passard, s’est sans doute dit qu’elle gagnerait des galons dans la tambouille politicienne ; quant à Montebourg, descendant de Berbères, il s’auréolait en mettant à son bras une jolie figure de minorité, fille d’indépendantiste martiniquais. Ce qui n’empêche certes pas l’amour, sachant toutefois que l’intérêt bien partagé en est l’un des puissants moteurs.

Il ne manque pas, dans l’histoire, de femmes ambitieuses aux amants bien choisis. Reste que certaines sont plus élégantes que d’autres. On ne sache pas, par exemple, que madame Bruni, épouse Sarkozy, se soit jamais répandue en propos fielleux sur ses anciens amants, nombreux au demeurant. Mais il est vrai que la actuelle cherche à rompre en tous points avec le précédent gouvernement.

314 vues

6 mai 2013

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.