Accueil Culture Assimilation ou communautarisme : la quadrature du cercle ?

Assimilation ou communautarisme : la quadrature du cercle ?

Assimiler : du latin assimilare, rendre semblable. Pour un homme, s’assimiler conduit à adopter le mode de vie, les mœurs, la langue et la culture du peuple qui l’accueille, à respecter les lois de l’État qui lui accorde le droit de s’installer à l’intérieur de ses frontières, à se conformer aux principes moraux et spirituels qui fondent la société dans laquelle il a choisi de vivre, bref, à changer d’identité.

Si cette métamorphose peut paraître possible lorsqu’il s’agit de transformer quelques personnes arrivant seules en terre étrangère, déterminées à se fondre au sein d’un peuple dont elles ne sont pas issues et prêtes à défendre par reconnaissance leur nouvelle patrie, il en va tout autrement quand des populations débarquent par familles entières, cherchant à se regrouper pour continuer à vivre selon les us et coutumes de leurs contrées d’origine.

Durant les premières décennies du XXe siècle, les nations européennes, et plus particulièrement la France, ont pu assimiler de jeunes travailleurs venus de pays souvent limitrophes et partageant la même civilisation, qui firent souche en convolant avec des autochtones.

Mais depuis bientôt un demi-siècle, l’immigration ayant changé de nature, l’assimilation des nouveaux venus est devenue problématique, voire impossible. Et si assimilation il y a, elle se produit en sens inverse, les « indigènes » étant contraints de se conformer aux règles de vie des « étrangers », devenus majoritaires dans certaines villes ou quartiers, notamment en France et au Royaume-Uni.

Comment peut-on, dans ce contexte, préserver notre identité « blanche et chrétienne », menacée par le « Grand Remplacement » prophétisé par Renaud Camus ? L’instauration d’une société communautarisée serait-elle la solution pour répondre au défi du multiculturalisme ?

Certains le pensent, comme Julien Rochedy, ancien responsable des jeunes du Front national, qui craint la submersion définitive des Français et, plus largement, des Européens de souche ou depuis longtemps assimilés à notre civilisation.

Or, cette organisation politique suppose, pour fonctionner pacifiquement, la mise en place du développement séparé de chacune des communautés composant la mosaïque pluriethnique qu’est devenu notre continent, avec ses propres lois, ses mœurs particulières et la religion de son choix, en clair une sorte d’apartheid, dont la seule évocation saisit d’effroi ceux-là mêmes qui ont encouragé la situation que nous connaissons aujourd’hui.

Au surplus, chaque groupe cherchera inévitablement à étendre son influence au-delà de sa « réserve », surtout ceux dont la croissance démographique est la plus forte : dans cette lutte, les populations d’origine européenne finiront chassées de la terre de leurs ancêtres, ce qui rend inopérant le projet imaginé par M. Rochedy pour sauver ses congénères.

En définitive, préserver la cohésion sociale tout en autorisant l’expression des différentes identités présentes sur un même territoire constitue une véritable quadrature du cercle, dont on ne peut sortir qu’en mettant en œuvre une vaste entreprise de remigration à l’égard de tous ceux qui ne veulent pas, souvent parce qu’ils ne le peuvent pas, s’assimiler aux peuples qui les ont accueillis.

À lire aussi

Nouvelle offensive gouvernementale contre le gaspillage, cette fois non alimentaire

Dans notre société hyper-individualiste, où les désirs de chacun ont vocation à devenir de…