Antifas et Black Blocs : le stade du ras-le-bol est dépassé

BLACK BLOCS

Ce week-end, ils déferleront en masse dans la commune de Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres. Combien y aura-t-il de blessés chez les forces de l’ordre. Jeudi, ils ont tenté d’interdire la venue d’Éric Zemmour à Villeurbanne, dans le Rhône : le tribunal administratif de Lyon a finalement imposé au maire la tenue de la réunion, ce 24 mars. Eux, ce sont les antifas, ces milices armées qui s’attaquent physiquement aux Français de droite, détruisent volontairement à la matraque les symboles du capitalisme (banques, assurances, Abribus™ publicitaires) et s'en prennent dans l'ultra-violence aux tenants de l’ordre, policiers et gendarmes.

Des gendarmes qu'ils attaquent à coups de pierre, à coups de poing, qu'ils bousculent et blessent. Ils brûlent les poubelles, allument des cocktails Molotov et lancent des mortiers d’artifice. Ils traitent les gendarmes de « bâtards », taguent les murs, viennent de brûler un kiosque à journaux parisien, emblème de la liberté de la presse, de la liberté d’expression et, partant, de la confrontation des idées et de la démocratie. Dans un silence respectueux des grands défenseurs de la liberté d’expression. Ils s’attaquent aux symboles de l’État. À l’occasion, ils interdisent les meetings des partis de droite, s’en prennent physiquement aux journalistes qui ne pensent pas comme eux, brisant leur matériel, détruisant, frappant. Ces milices anarchistes et gauchistes se sont jetées sur le trouble né d’une réforme des retraites mal conçue et mal fagotée par le pouvoir pour accomplir, une fois de plus, leur œuvre de démolition, car toute occasion est bonne.

Ce 23 mars, au lendemain de l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron, lesdits antifas se sont surpassés : « On a recensé, hier, 903 feux de mobilier urbain ou de poubelles à Paris, 457 interpellations partout en France, 441 policiers et gendarmes blessés », a énuméré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, ce 24 mars, sur CNews, parlant d’un bilan « difficile ». 441 blessés du côté des forces de l’ordre ! Jusqu’où irons-nous sans réagir ?

Le spectacle de la haine anti-flics en France, qui accompagne la plongée de ce pays dans une forme de chaos, a quelque chose de glaçant. Étrangement, comme le remarque Matthieu Valet, les organisations humanitaires si promptes à voler au secours des victimes restent silencieuses. Les gendarmes et policiers sont-ils des êtres humains, des Français, des sujets de la loi ?

Lorsque les gendarmes outrepassent leur mission, ils sont poursuivis, condamnés et perdent leur emploi. Rien de tel, en face. « Ce sont toujours les mêmes, s'insurge la députée RN Edwige Diaz jointe par BV. Il y a très peu d'interpellations, et donc très peu d'identifications, de sanctions et de condamnations : ils ne risquent rien. Il y a un laxisme affreux de la part de l'État. » Résultat : les exactions des antifas et Black Blocs s'étendent à toute la France. À Rennes, « les antifas ont forcé l’entrée de la faculté de droit, sont entrés dans les amphithéâtres et ont fait annuler tous les cours et examens », a déploré l’UNI, dans un tweet ce 24 mars.

Et ne datent pas d'hier. En janvier, à Callac, ils sont venus, vêtus de capuches noires, perturber les vœux du maire de la petite commune bretonne qui devait accueillir des migrants. En octobre dernier, ils concluent la manifestation contre la vie chère et l’inaction climatique de Jean-Luc Mélenchon en détruisant généreusement sur leur passage. Fin septembre, toujours dans le sillage des manifestations de Mélenchon, ils s’en prennent aux banques et aux forces de l’ordre à Paris.

À la même période, à Bruz, près de Rennes, des familles ont eu très peur, retranchées dans une ferme assiégée par 200 antifas armés de cocktails Molotov. Elles venaient pour le déjeuner champêtre annuel des fédérations RN d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-d’Armor, dans un lieu privé. La voiture d’un militant est incendiée. Pendant toute la campagne présidentielle, ces nervis s’en sont pris aux militants RN et Reconquête.

La main de la Justice s’est pourtant abattue sans aménité sur Alvarium, Génération identitaire ou Les Zouaves, des groupes de droite dissous sans coup férir par le ministère de l’Intérieur.

L’administration connaît pourtant bien cette extrême gauche brutale, ses leaders, ses repères, ses méthodes. Les gendarmes prennent des risques physiques pour les arrêter. Le Figaro du 21 mars fait état de 180 arrestations, celui du 24 mars de 172 interpellations. Mais, là encore, les ratés de la maison France explosent. Les antifas sont attrapés par la police au prix de grands risques et immédiatement relâchés par la Justice pour la quasi-totalité d’entre eux. Depuis des années.

Lorsque l'État sort de sa torpeur, ses décisions sont cassées. Le 16 mai dernier, le Conseil d'État a annulé un décret de dissolution du GALE, le groupe antifasciste de Lyon, pris par Gérald Darmanin. Cette mouvance antifa poursuit ses activités habituelles en toute impunité. Le même État macroniste met jusqu'ici la poussière sous le tapis. La question est simple : qui fera régner l'ordre ? L'État ou les bandes armées des antifas ? Qu'attend le Parlement pour se saisir, toutes mouvances confondues (hors NUPES, bien sûr), de cet incroyable défi à la démocratie et à la France ? Faudra-t-il des drames, des morts ? C'est désormais une urgence.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

63 commentaires

  1. Êtes vous certain et capable de sécuriser les jeux olympiques. Bonnes chances à ceux qui viendront et aux athètes qui vont y participer! Bien peur qu*il arrive la même aventure que, au stade de France. La honte sera que plus riche pour la France; Grâce à la macronie et sa justice, dans le vent. Vider cette bande d*incapable avant que ça soit trop tard.

  2. Le problème c’est que la BRAV-M (brigade de répression de l’action violente motorisée) se comporte comme les voyous black blocks…La BRAV-M est digne des régimes les plus répressifs du monde. C’est une honte pour la France. J’ai vu une vidéo où ces policiers lançaient des pierres ou je ne sais quels objets sur les manifestants. Je croyais que c’était les voyous mais non c’est la BRAV-M. D’ailleurs les gendarmes sont intervenus pour les calmer car c’est eux qui mettaient le feu. BRAV-M à dissoudre vite! Sinon c’est toutes les forces de l’ordre qui vont se faire détester de tous les français.

    • Faut pas tout croire, mon brave ami, ne soyez pas niais. Vous avez du etre traumatise a un moment de votre vie.

  3. On envoie les forces de l’ordre au « casse-pipe ». Quand les verrons-nous dans les banlieues, là ou sévit drogue et insécurité?

  4. depuis les gilets jaunes, on sait que l’impunité de ces groupuscules servent l’état macroniste ; ils sont les idiots utiles du gouvernement ; le seul espoir c’est qu’ils nuisent aussi à Mélenchon

    • C’est tout à fait exact je manifeste comme d’autres depuis le début pas uniquement contre la réforme des retraites, mais aussi contre le « bilan » mac rond. J’ai remarqué et ne suis pas le seul que les blacks blocs étaient invisibles lors des précédentes manifestations, comme par hasard les voila depuis l’application du 49.3 dans les rues à casser comme d’habitude, mardi dernier il y avait un petit groupe qui incitait les manifestants à les rejoindre pour envahir un centre commercial, heureusement peu se joint à eux. Je reste persuadé comme lors du mouvements des gilets jaunes qu’ils servent la macronie et sont là pour casser le mouvement, afin de discréditer l’action aux yeux de l’opinion publique, ce qui expliquerait la « clémence  » de la justice envers eux.

  5. Ne pensez-vous pas que la pourriture ambiante gauchiste ne se nourrit pas de cette justice à deux balles qui les encourage dans leurs actes délictueux ? Le « mur des cons », çà vous parle ? Tant qu’une majorité de juges pourriront l’Institution par leur laxisme et partis pris, le mal empirera.
    Commençons par nous occuper cette caste et le reste s’améliorera.

  6. Des morts il va y en avoir dans peu de temps du côté des forces de l’ordre à n’en pas douter. Et cette commissaire européen des droits de l’homme, une fois de plus aveuglée par les images à sens unique de la violence qui accable nos policiers et gendarmes au lieu de condamner les antifas et las blacks blocs, cela me laisse pantois et démontre la déliquescence des institutions françaises et européenne.

  7. La pub ultra gauche est gratuite dans la série « Captain Marleau » avec Corinne Masiereau : hier, en Guadeloupe, casse violente de plaque commémorative à coups de hache, critique haineuse d’un chef d’entreprise blanc qui souhaite protéger un de ses employés noirs et leur environnement en osant lui interdire de conduire un engin de logistique alors qu’il n’en a pas le permis … Cette honte doit être sévèrement sanctionnée !

    • Cette « artiste » devrait être interdite de tournage au fameux motif : « trouble à l’ordre public »…

    • Mais nin voyons! Vous savez bien qu’on a décidé en haut lieu que le danger, c’était l’extrême droite!

    • C’est sur ordre de Jupiter qu’ils sont là pour semer le chaos. « C’est pas d’ma faute! »

  8. tout cela serait déjà terminé s’il y avait une solidarité entre les travailleurs? D’après le « canard enchainé » les routiers ont sauvés leur régime spécial cout pour ceux qui manifestent 1 milliard d’euros, les pilotes de lignes aussi cout 100 millions d’euros, et cout de 4 milliards par an pour l’agir arrco pour pouvoir financer la retraite à 1200€ en 2030.
    Voilà ce qu’a concédé le gouvernement pour pourrir la grève, on peut noter que les routiers n’ont tenu qu’une soirée en geste de solidarité c’est ce qu’ils disent, maintenant ils sont gavés au dépend des autres mais ils s’en foutent.

  9. Les Black Blocs et autres Antifas sont les meilleurs jokers de Macron et de la gauche sauce hollandaise. Quand les casseurs dévastent la rue, ils hurlent au complot d’extrême droite et au retour de la peste brune et « en même temps » se parent des plumes des vertueux défenseurs de l’ordre « républicain ». Ne pas chercher plus loin les raisons de leur impunité. Accessoirement ces ultras sont bien souvent des « fils de bourges » des beaux quartiers qui cassent pour le fun et l’adrénaline mais bénéficient de toutes les relations de papa en cas de problème ….

  10. Ce qui m’étonne, c’est la passivité des Français et notamment des commerçants qui voient régulièrement leurs vitrines brisées, leur magasins pillés, leurs personnels en danger. Il faut dire que la spécificité de la justice en France est de condamner plus sévèrement celui qui défend son bien que le casseur ou le voleur.
    Tant qu’il en sera ainsi et que les citoyens, au nom de principes absurdes, l’accepteront, rien ne changera.

  11. Au vue de cette situation, à croire qu’il faut un coup d’état et une prise de pouvoir par l’armée virer cet arrogant de macron et faire un nettoyage dont ce pays a bien besoin

  12. Il est de plus en plus flagrant que cette impunité dont bénéficient ses groupes de casseurs est voulue par le pouvoir en place pour se maintenir. Les Français, pour une très large majorité sont contre le chaos et nos dirigeants s’appuient sur cette réalité, mais à force de se faire voler son mécontentement, le peuple va très bientôt se rebeller contre ces casseurs et là nos gouvernants seront désemparés.

  13. Qu’est-ce qu’il faut pour pouvoir accuser un juge de partialité ?
    Est-ce normal que l’extrême gauche puisse toujours compter sur la bienveillance des juges, que tout le monde le constate, et que ces fonctionnaires, sensés rendre la justice au nom du peuple, ne soient pas limogés ?
    Sont-ils des sur-citoyens?

  14. Je ne comprend pas qu’Anne HIDALGO, n’ait pas encore été placée en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui, complicité d’incendie volontaire !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois