Angela, les migrants et l’abréaction de l’Allemagne

Elle n’est ni belle ni laide, elle marche sans prestance, ses toilettes sont ordinaires mais il y a sur son visage et dans son regard, de la bonté. Elle porte bien son prénom finalement : Angela. Elle est la chancelière de la quatrième puissance mondiale : l’Allemagne. En fait, elle a en tête un programme qui consiste à “angela-iser” son pays. Déjà, et selon ses propres termes, elle veut “mettre fin aux dérives et à la face sombre des réformes du marché du travail” menées sous les gouvernements précédents, les fameuses lois Hartz de 2004, celles qu’avait voulues son prédécesseur, le socialiste Gerhard Schröder. Elle a ainsi dans son maroquin un projet de loi qui abaissera l’âge légal de départ à la retraite à taux plein de 67 à 63 ans pour les travailleurs ayant cotisé 45 ans; et un autre limitant la durée du travail intérimaire à 18 mois maximum et alignant le revenu des précaires sur celui des salariés disposant d’ un contrat à long terme … car elle n’admet pas que les intérimaires étrangers soient parfois payés par les vilains patrons allemands, au tiers du salaire versé à un compatriote.

Mais s’il n’y avait que cela ! Angela souffre au plus profond de son âme … de la barbarie allemande perpétrée au cours des siècles. Elle ne peut oublier les phrases terribles de Luther lors de la Guerre des Paysans en 1524-1526 : ” Chers seigneurs … poignardez, pourfendez, égorgez à qui mieux mieux “; et de Schönefer en 1900 : ” On parle toujours d’ égalité entre les Allemands et les Slaves; c’est comme si l’on comparaît un lion à un pou parce que tous deux sont des animaux “. Elle ne parvient pas à oublier le massacre de 80 % des peuples Héréros et Namas de 1904 à 1905 dans la colonie allemande du Sud-Est africain ; ni les 5.000 civils fusillés et les 15.000 maisons détruites en Belgique et dans l’Est de la France par l’armée du Kaiser du 5 au 26 août 1914. Elle souffre terriblement des six millions de juifs et des 500.000 tziganes éliminés par les nazis et des trois millions de prisonniers soviétiques que ceux-ci ont laissé mourir de faim. Alors, visitant Dachau le 25 août, elle lâche : ” Les Allemands n’oublieront jamais “, voulant dire bien sûr, le mal qu’ils ont fait. Et puis, l’attitude qu’ont eue récemment ses compatriotes envers les Grecs -déjà qu’ en avril 1941 …- elle a trouvé ça vraiment moche !

Alors, Angela a le besoin fou d’un exutoire, d’une abréaction dont la réalisation dans la bonté sera à l’échelle de la cruauté historique de son peuple. C’est décidé : elle va le laver de sa souillure méphistophélique. Elle va faire plus encore que son lointain prédécesseur Willy Brandt qui s’était agenouillé le 7 décembre 1970 au Mémorial du résistant juif du ghetto de Varsovie. Elle, elle va taper un grand coup : elle va ouvrir les portes à 800.000 migrants. Elle en est convaincue : ça en sera fini de cette image négative qui colle comme une poisse à son pays. L’Allemagne sera partout considérée comme une nouvelle Arche de Noé et le monde cette fois pourra chanter, sans complexe le “Heiliges Deutschland“. Et qu’ on ne vienne surtout pas nous dire qu’Angela a décidé cela parce que d’ici 15 ans, il va manquer à son pays six millions d’actifs. Car Angela elle, n’est pas une politique comme les autres : elle, en plus de sa bonté, elle est pure.

À lire aussi

Ni patronat, ni syndicats, mais de l’efficacité consensuelle !

Comme il se doit, FO affronte la CGT et le 12 septembre, la CGT affrontera la loi en défil…