Editoriaux - Histoire - Radio - Religion - Télévision - 17 octobre 2013

Aïd El Ayrault

Déjà, Bertrand Delanoë affichait les heures de prière de la Grande Mosquée de Paris sur les panneaux lumineux… Aujourd’hui, on a mieux.

Notre Premier ministre Jean-Marc Ayrault, accompagné du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, et du maire de Paris, Bertrand Delanoë, sont allés fêter, mardi matin, le début de l’Aïd avec le monde musulman à la Grande Mosquée de Paris. La chasse aux voix pour les municipales est lancée ! Les socialistes ne pouvant plus compter ni sur le centre, ni sur l’extrême gauche, ni même sur les socialistes, ils ratissent large au mépris des règles les plus élémentaires de la laïcité.

Ou alors, je n’ai rien compris ? Peut-être que la laïcité, c’est « l’interdiction des religions autres que l’islam » ? Ou encore que nos gouvernant vont maintenant systématiquement assister aux fêtes religieuses de toutes les confessions ?

Imaginez nos ministres à la synagogue le jour de Kippour ou bien à Notre-Dame le jour de Pâques. Pour le coup, on pourrait parler de diversité, d’amitié entre les peuples, de respect de tous. Mais cette vision idyllique est du domaine du rêve…

« À travers vous, je salue une grande religion de France », a déclaré le chef du gouvernement. « Je mesure la place qui est la sienne dans notre pays et dans notre histoire. »

Vivement Noël, que l’on rigole ! Toutes ces écoles dans lesquelles les sapins seront interdits sous prétexte de laïcité, toutes ces crèches « sous le manteau » de peur d’être dénoncées à la milice de la laïcité ! Tous ces chants de Noël boycottés sur les ondes des radios et des télévisions d’État au nom du « respect des différences » et des croyances d’autrui. Normal, il y a « grande religion » et « grande religion »

À lire aussi

Mesures pour l’emploi : c’est sans espoir

On se rend compte que l’État ne va rien faire ou presque, sauf rendre le travail encore pl…