Chers amis de Boulevard Voltaire,
Je vous écris d’une ferme viticole de la vallée d’Elgin, dans la province du Cap, là où les premiers Hollandais ont débarqué en 1652 pour fonder la communauté des Afrikaners, les Africains blancs de cet immense pays. Si cette vallée, située à environ quatre-vingts kilomètres de Cape Town, regorge aujourd’hui de fruits de toutes sortes et de vins qui font le bonheur des locaux mais aussi des exportateurs, c’est à ces premiers pionniers qu’elle le doit…

Ce pays de 54 millions d’habitants doit, en effet, dans une large mesure son succès économique aux neuf pour cent de Blancs qui ont mis en valeur l’immense potentiel agricole et industriel réparti sur les 1.300.000 kilomètres carrés qui vont de l’océan Indien à l’Atlantique.

Vingt-cinq ans après la fin de l’apartheid, la démocratie qui a accouché du One man, one vote a donné à ce pays l’illusion que le nouveau pouvoir allait porter cette nation arc-en-ciel vers de nouveaux sommets, Noirs et Blancs la main dans la main. Tandis que la destinée à amener plus de Noirs aux postes de responsabilité a largement contribué à baisser le niveau d’efficacité dans les principales industries, l’, toujours aussi efficiente que par le passé, commence à souffrir des attaques de fermes appartenant aux Blancs et des massacres de fermiers (trois cent quarante-six attaques, rien que cette année, et 46 fermiers et membres de leurs familles assassinés de façon violente).

Un allié de marque et de poids s’est récemment rangé du côté des Afrikaners, le roi Goodwill Zwelithini, chef des Zoulous, qui a prévenu le pouvoir central que la redistribution des terres zoulous (37.000 kilomètres carrés) dans le Kwazulu/Natal par le gouvernement n’était pas d’actualité. Dans le même souffle, le roi des Zoulous a fait savoir qu’il était contre la saisie des terres appartenant aux Blancs.

Le nouveau président sud africain, Cyril Ramaphosa, prisonnier des extrémistes de Julius Malema (EFF, Economic Freedom Fighters) qui a pour slogan “Un fermier, une balle”, a réitéré son intention de modifier la Constitution afin de pouvoir récupérer ces terres sans compensation pour les fermiers.

Pour faire face à cette menace, les Afrikaners ont mis sur pied AfriForum, une organisation chargée de défendre leurs intérêts dans ce pays dont ils revendiquent une large part de son développement et de son succès économique. Devant l’indifférence des autorités qui minorent les attaques de fermes et les meurtres des fermiers, AfriForum a envoyé aux États-Unis et en , notamment, des émissaires chargés d’alerter l’opinion publique sur ce qui se passe dans ce pays. Jusqu’ici, le président a été le seul chef d’État à réagir à ces meurtres en demandant à son secrétaire d’État Mike Pompeo de se pencher sur la question.

Cette situation ne cesse d’inquiéter ici, non seulement les fermiers, mais aussi les qui ont prêté d’importantes sommes à ces derniers pour développer leurs fermes. Une inquiétude qui commence à poindre du côté des organismes financiers internationaux peu soucieux d’injecter de l’argent dans un pays qui risquerait, demain, de ressembler au Zimbabwe d’aujourd’hui.

28 octobre 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Ivermectine et hydroxychloroquine, même combat ?

Une chose est souhaitable à ce stade : que la politique politicienne évite de se mêler de …