Les recensements ethniques sont interdits en France. Si l’on veut avoir une idée de la vérité sans qu’elle soit dissimulée ou biaisée par le pouvoir, il faut trouver des marqueurs significatifs. Le site « Les 4 vérités » en propose un venant de la médecine : depuis 2000, la France mène un programme de dépistage de la drépanocytose. Il s’agit d’une maladie génétique, propre en général aux peuples non européens. Elle est devenue la maladie génétique la plus répandue dans la France d’aujourd’hui.

Les nouveau-nés sont considérés menacés si un parent vient d’une région à risque, principalement et Amérique où le gène responsable sévit.

En 2000, 19 % de tous les nouveau-nés en France métropolitaine avaient au moins un parent issu d’une région à risque. Ce chiffre est monté
à 28,45 % en 2007 et à 31,5 % en 2010, soit 253.666 nouveau-nés sur 805.958. Presque un tiers.

Ce qui importe n’est pas tant l’évolution de la drépanocytose que le déclin démographique de la France blanche que ces chiffres démontrent, et l’interdiction d’en parler dans le climat multiculturaliste actuel.

Encore ces chiffres ne concernent-ils que la France métropolitaine car les départements d’outre-mer n’ont pas été pris en compte. La situation est donc encore plus grave. En incluant tous les nouveau-nés – tous soumis à dépistage –, la proportion des naissances non blanches monte pour toute la France à 34,6 %. On notera également que ne sont pas pris en compte les Asiatiques orientaux et les Hispaniques qui ne sont pas considérés comme population à risque concernant la drépanocytose.

Si l’on affine par région, le pourcentage de nouveau-nés à risque atteint en 2010 : 60 % en Île-de-France, 43,2 % en PACA, 41,6 % en Languedoc-Roussillon, mais 9,8 % en Poitou-Charentes et 5,5 % en Bretagne. Ces chiffres montrent le remplacement de population dont la France est l’objet.

Sachant que la population africaine doit doubler pour atteindre 2,4 milliards d’individus en 2050 et sachant que l’Afrique est incapable de créer les ressources alimentaires nécessaires à leur survie, il ne faut pas être devin pour imaginer ce qui se prépare.

95 vues

7 août 2013

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.