Les écologistes ne sont jamais en retard d'un bon spectacle. Cette fois, c'est Tartuffe chez les féministes. Avec les mêmes ressorts : les discours sont ridiculisés par les actes, le réel brut se venge de la mascarade sociale, un dieu comique fait régner un peu de justice en poussant le héros à être pleinement ce qu’il est pour humilier totalement ce qu’il dit. À cette différence près que, dans cette pièce-ci, tout est Tartuffe.

Emmanuelle Cosse, militante LGBT devenue ministre, pourfend le machisme chez les autres mais couvre, en bonne épouse bourgeoise du XIXe siècle, les turpitudes de son conjoint. Promoteur de la loi contre le harcèlement, Denis Baupin se met du rouge à lèvres le 8 mars par solidarité avec les femmes-victimes, mais pratique la tentative de chope-limite sur les « bonnasses » de son parti. Celles-ci trouvent enfin le courage de dénoncer l’innommable de la souffrance, l’irreprésentable de l’horreur, mais quatre ans après et faits prescrits - une fois que le couple a trahi pour un maroquin ministériel.

D’un acteur à l’autre, on monte en puissance dans la tartufferie. De facture victorienne chez Cosse, dirigeante de ligue de vertu féministe faisant du gras à l’ombre de la « phallocratie », elle est plus vaudevillesque chez Baupin, dont on découvre donc qu’il ne pense pas seulement avec sa conscience bobo-progressiste. Elle est orwellienne, enfin, chez ses dénonciatrices. Pourquoi ont-elles attendu aussi longtemps, ces pauvres petites choses ? Mais c’est qu’elle vivaient sous le système de terreur masculine incarné par Denis le « rouge à lèvres » ! Comme s'il n’y avait pas dans la de 2016 des armées d’avocat(e)s, d’associations, de journalist(e)s (?!?) prêtes à fondre sur ce genre d’affaires comme la vérole sur le bas clergé breton. Comme si ces cadres d' étaient des isolées du quart-monde ignorant ces moyens de défense. Comme si nous vivions, sinon dans certains quartiers, à Riyad ou Lagos…

C’est la pointe la plus grotesque de la scène. Ses victimes supposées prétendent combattre, en dénonçant les avances et les SMS de Baupin, pour la condition féminine. Mais, comme lui d'ailleurs, elles détournent les yeux des violences autrement physiques que les femmes subissent en même de la part de l'islamo-racaille. Larmoyant par la voix de Clémentine Autain sur l’« ordre machiste » dont elles souffriraient dans un monde politique où, pourtant, elles prospèrent par la parité, elles ont été silencieuses ou bredouillantes devant les agressions sexuelles massives perpétrées à Cologne, au soir du Nouvel An dernier, par des migrants et des immigrés maghrébins. Alors qu’elle combinaient et sexisme, « sexo-racistes », ces agressions auraient dû logiquement, à ce double titre, mobiliser les féministes. Mais le racisme était en l'espèce anti-Blanc, le sexisme musulman et la logique, chacun le sait, n'est pas politiquement correcte. Quoi qu'il en soit, merci à tout(e)s pour ce moment.

146 vues

11 mai 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.