Interrogé dans les colonnes du Figaro, jeudi 12 février, Nicolas Sarkozy a rappelé qu’en tant que président de l’UMP, il ne transigerait jamais et qu’il n’y aurait "pas d’alliance avec le Front national", ajoutant que si des élus enfreignent la consigne à l’occasion des élections départementales du mois de mars prochain, "on virera les gens, c’est tout !" L’ancien chef de l’État ne fait là que répéter publiquement les menaces qu’il avait adressées aux cadres de l’UMP au lendemain de son accession à la présidence du parti le 13 décembre 2014 : "Je n'accepterai jamais aucun accord avec le FN, ni local, ni régional, ni national. Ceux qui se laisseraient aller à de tels accords, ils devront quitter le parti, ou on les en fera partir."

Si de telles déclarations étaient compréhensibles dans les années quatre-vingt, à une époque où l’immense majorité des Français pensait sérieusement que Jean-Marie Le Pen menaçait la démocratie, elles ont aujourd’hui quelque chose d’intrigant, pour ne pas dire inquiétant.

C’est intrigant car Nicolas Sarkozy – qui a beaucoup fait campagne dans sa vie - sait pertinemment que son électorat est en partie composé de frontistes qui s’ignorent et que cet électorat est majoritairement favorable à des alliances avec le FN. Il y a un an, jour pour jour, un sondage TNS Sofres indiquait déjà que 40 % des sympathisants UMP souhaitaient de telles alliances. Neuf mois plus tard, début novembre, un autre sondage commandé par le journal Marianne assurait qu’ils étaient 55 % à souhaiter des accords UMP-FN, et les élections dans la quatrième circonscription du Doubs semblent indiquer qu’ils sont encore plus nombreux aujourd’hui.

Comment expliquer, alors, qu’un dirigeant politique qui aspire à la reconquête du pouvoir prenne ainsi le risque de froisser sa base électorale. Qu’y a-t-il dans le programme du FN qui le rende à ce point incompatible avec celui de l’UMP ? Serait-ce son opposition au mariage gay ? A priori, il ne s’agit pas de cela, puisque les anti mariage gay les plus militants ne sont plus au FN mais à l’UMP. Serait-ce parce que le FN écorne parfois le tabou de l’avortement ? Non plus, puisque le FN n’entend plus revenir sur la loi Veil et que Nicolas Sarkozy n’avait pas hésité à prendre Christine Boutin dans son premier gouvernement. Y aurait-il donc des dogmes encore plus sacrés que cela pour le système ? Serait-ce la volonté du FN de sortir de la zone euro, de l’Union européenne et de l’OTAN ? On ne peut pas exclure une telle hypothèse, mais cela serait lourd de signification : cela signifierait que le gaullisme est devenu incompatible avec les valeurs de la République. Serait-ce la volonté du FN de mettre fin à l’immigration de peuplement ? Là encore, cela signifierait que l’UMP trahit sciemment ses électeurs, lesquels sont presque unanimement pour une immigration choisie et très contrôlée.

Peut-être y a-t-il un peu de tout cela, mais pour que le chef de la principale formation de l’opposition prenne ainsi sa base à rebrousse-poil, il faut surtout que la source du pouvoir ne soit pas dans le peuple souverain mais dans une élite économique et médiatique suffisamment puissante pour dicter ses choix aux élus de la nation. Il faut que Nicolas Sarkozy ait plus à perdre en contrariant cette élite qu’en contrariant le peuple. Cela signifierait ni plus ni moins que la République dont ils nous serinent les valeurs ne serait pas une démocratie mais un système oligarchique, voire une sorte d’athéocratie … et tout cela serait fort inquiétant.

42 vues

12 février 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.