Polémique à l’école Sainte-Jeanne-d’Arc de Tours. Deux petits garçons n’ont pas été admis en classe, s’étant présentés l’un en jupe et l’autre en robe, malgré une interdiction de la direction. Il faut dire que les parents n’en étaient pas à leur première tentative. La directrice avait d’abord argué que ce n’était pas « pratique » pour le sport, les parents s’étaient exécutés, mais voyant que des petites filles venaient en jupe, ils ont réitéré. La Nouvelle République (3 juin) relate que les deux écoliers de 4 et 6 ans sont restés assignés dans le bureau de l’administration. En guise de protestation, leur père Émelin s’est présenté à 16 heures à la sortie de l’école… lui aussi vêtu d’une jupe. Ambiance !

Ce dernier fulmine : « Mon fils de 6 ans aime le rose, les paillettes et porter des robes. Il n’est pas accepté en classe quand il en porte » et sort l’artillerie lourde wokiste : « Pour moi, c’est juste une question d’égalité. Chacun doit pouvoir s’habiller comme il l’entend sans subir de brimade. » Des arguments progressistes qui auront bientôt libre cours dans notre Hémicycle et dans notre pays, faute d’avoir su les combattre dans les urnes. Le père d’affirmer à BFM TV (15 juin) : « Quand on voit ce qui se fait actuellement en termes d'éducation non genrée dans les pays nordiques comme la Suède, on se dit qu'on est très en retard en France. »

Nul doute qu’un tel relativisme sera bientôt communément admis, mais pour l’instant quelques directeurs diocésains, tel Bernard Le Floch, semblent encore parvenir à résister. Pour combien de temps avant le lynchage médiatique ? Sans surprise, dans la nuit du 12 au 13 juin, l’école Sainte-Jeanne-d’Arc a été la cible de tags par Actions féministes Tours, un « collectif féministe intersectionnel et non mixte ». Sur les murs, on lisait ces slogans charmants : « Je m’habille comme je veux, pas de dans nos écoles » ou encore « Son corps, sa tenue, son choix... »

Interrogez n’importe quel psychologue ou éducateur, tous répondront qu’un enfant a besoin de règles et de limites pour grandir en harmonie. Le magazine Parents écrit, sur son site, que « c’est entre 3 et 6 ans que l’enfant prend conscience qu’il n’est pas tout-puissant et qu’il existe des règles de vie à la maison, à l’école, au parc, bref en société, à respecter ». Donc, clamer « son choix » pour cet âge-là relève soit de l’inconscience soit de l’idéologie.

Interrogé par La Nouvelle République, Bernard Le Floch se défend de tout jugement de valeurs mais rappelle qu’« en France, on a, qu’on le veuille ou non, des codes sociaux […] Ce sont des valeurs que l’on essaie de respecter, aussi pour que les enfants s’y retrouvent. » Pour l’heure, les parents sont invités à inscrire leurs enfants à l’école publique à la prochaine. Gageons qu’ils y seront accueillis selon le slogan McDo « Venez comme vous êtes », puisqu’ils se rendent déjà en robe au centre de loisirs « sans aucun souci ».

Si c’est la première fois en quarante ans d’expérience que le directeur diocésain de Tours est confronté à ce type de situation, l’Éducation nationale en général, et l’enseignement catholique en particulier, vont devoir s’y préparer. Faudra-t-il interdire le port de la jupe à l’école pour tout le monde ? C’est ce que vient de faire, en Angleterre, la Tiverton High School, qui impose l’uniforme « en pantalon seulement » pour être « plus neutre sur le plan du genre ». Si le port de l’uniforme semble une bonne réponse, la neutralité des genres l’est nettement moins. Comme pour la loi sur les séparatismes, pour ne pas stigmatiser certains, on met tout le monde dans le même bain.

2948 vues

17 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

36 commentaires

  1. En 1941 hiver glacial sans chauffage les filles à l’école devaient mettre une jupe sur leur pantalon car le port en était mal vu. Le pantalon s’est imposé par la suite ..
    L’habit ne fait pas le moine mais il y contribue et on ne se conduit pas de la même façon en robe longue qu’en short.
    Pour changer de sexe je conseille plutôt un bon chirurgien qu’une belle jupe …mais pour faire du cinéma ça peut faire illusion..
    Notre civilisation est pitoyable !

  2. Ces enfants sont victimes de parents de qui l’état devraient les enlever et les trainer devant un tribunal pour déviation mentale et irréversible de ces dits-enfants.
    Je plains sincèrement la France si un jour un conflit surgit à nos frontières. Ce père indigne ira-t-il faire la guéguerre en robe ? Le pays est foutu.

  3. A quand des députés et sénateurs en jupette, à quand tous ces bobos en jupette dans le métro histoire qu’ils se fassent mettre la main au c.., histoire de vérifier la véracité de leurs attributs sexuel ?

  4. je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre .. »tenue correcte exigée « 

  5. EDIFIANT mais notre Gouvernement est RESPONSABLE. Il tant toléré et tant donné de droits aux musulmans : tuer le mouton dans la baignoire, s’habiller à l’orientale, faire la prière dans les rues, porter le burkini dans piscine ou mer, les denrées alimentaires halal, hurler la PRIERE chaque soir dans la tour de la Mosquée, commettre le pire sans jamais les REFOULER etc.. du coup, pourquoi le GAULOIS n’aurait-il pas le droit de provoquer en s’autorisant des joyeusetés interdites ou inédites ?

  6. Ces parents que l’on peut cette fois-ci qualifier d’indignes sans trop se tromper utilisent sans honte leurs enfants à des fins politiques. Honte à eux.

  7. aux fous: les guignolades vestimentaires, c’est comme les tenues islamiques, dans l’espace privé et non public. Marre des provocations!

  8. On répondra que le « pantalon », c’est le Patriarcat !!
    La Burqa a trouvé sa soeur ! La Jupe !
    Même combat !

  9. Pas de faux semblant. C’est interdit, un point c’est tout, ou qu’un test génétique soit exigé tous les jours aux frais des parents. On a bien su traiter le passe vaccinal.

  10. Je porte occasionnellement le kilt du clan Mac Dougall ! C’est celui du clan de ma grand-mère Ecossaise, Fiona Ethel Mac Dougall. Aussi celui de mon oncle Leslie, qui faisait partie des paras-commandos Ecossais qui ont commencé à libérer la France dès la nuit du … 5 juin 1944 !!

    1. J’aimerais bien voir la tête (après)de celui qui osera dire en face « tu portes une jupe »…

    2. Il ne faut pas tout confondre,les Ecossais,EUX,savent qu’ils sont des hommes et ne porte pas de jupes mais des kilts ce qui n’à rien à voir avec jupes ou robes de filles. En plus ils sont magnifiques dans leurs uniformes. qui n’à rien de féminin.

    3. J’imagine que ce port occasionnel du kilt est d’origine sentimentale et n’a rien à voir avec cette imbécillité qu’est le wokisme+++.

  11. Et on laisse ces enfants à leurs parents .Que fait la justice qui devrait leur retirer la garde .Dans quel monde de débiles vivons nous .Et l’on s’étonne du mal être chez les ados du nombre de suicides .Ne cherchez plus mais condamné tous ces abrutis qui sont entrain de détruire toutes les bases d’une bonne éducation , les valeurs et les vérités pour une société en bon équilibre .Pour faire un enfant il faut un homme , une femme et personne ne peut le nier .

  12. mais comment donc a fait le genre humain depuis des millions d’années pour vivre, survivre, sans le Wokisme, sans que les petits garçons et petites filles ne se posent la question : ce matin c’est jupe ou pantalon ?
    Mon avis, ce wokisme est leur façon ( à nos F M Mondialiste de l’extrême) de remplacer les Religions, les faire se détourner, pour mieux les inclure dans leur Religion donc soumission, injections, crétinisation. Et bientôt c’est quoi ? ! ! ! la fin de l’Humain.

  13. Pauvres gosses! L’inconscience ou la lâcheté de leurs parents face à l’action de tarés minoritaires pèsera lourd sur leur équilibre..Est-ce vraiment ce que veulent les électeurs qui viennent de reconduire une équipe de destructeurs?

    1. C’est à croire, la bêtise est dorénavant institutionnelle, et ne pas s’y plier fait de vous un complotiste.

  14. Un monde devenu fou.On ne peut pas échapper à la physiologie :garçons chromosomes XY filles :chromosomesXX.
    Le nier est ridicule et dangereux.

  15. Visiblement pour le corps enseignant l’apparence est plus importante leur instruction.
    Le balancier des libertés fait un très grand pas en arrière, comme les USA qui courent à grand pas vers une interdiction de l’IVG, mais en même pas de recul sur les armes….
    A quand le retour de l’interdiction des gauchers…..ect

    1. Avez-vous des enfants ? A 4 ou 6 ans, ils sont le reflet de ce qu’ils entendent à la maison et n’ont pas encore l’autonomie intellectuelle pour se poser seuls ce genre de question

    2. Mettre sur le même plan l’interdiction des Gauchers et le refus légitime de ne pas accepter ce genre de lubie ,faut oser ,mais vous osez « Camarade ».Après bien évidemment on se déporte illico presto aux USA .Pourquoi ,je l’ignore .La phobie des armes que mille sabord
      doit détester.Ensuite ,c’est le problème de l’IVG qui choque les « progressistes » qui sont contre la peine de mort sois dit en passant …

  16. Refuser son sexe biologique et vouloir en changer est un pur déni de réalité. Si un garçon a le droit de dire qu’il est une fille, pourquoi n’aurait-il pas celui de se prétendre chien ? Aura-t-il le droit de venir tout nu avec un collier et une laisse ?

  17. Ha que c’est facile de manipuler des gamins s’ouvrant à la vie.
    Il faudrait expliquer à ce père (pervers ?) que son gamin va à l’école pour s’instruire et progresser. Qu’un pilier qui n’a pas une certaine rigidité s’effondre comme une guimauve.
    Il va faire le malheur de son enfant.
    Sauf si celui se découvre une racine et/ou une âme d’Écossais, fait porter des kilts à ses gamins (Très lourd un kilt) et les éduque pour qu’ils soient des Sir William Wallace,

    1. Et généralement, quand on voit ce qu’il y a au dessus du kilt, on n’a pas trop envie de dire au monsieur qu’il porte une jupe…

  18. Il n’y a pas si longtemps, les parents de ces enfants auraient été traités de « fadas », mais a t’on encore le droit de le dire.Il s’agit pourtant de provocation et de trouble à l’ordre public car, si ce genre de comportement est toléré où s’arrêtera la limite? Nous débutons une civilisation de dégénérés qui oublient que ce sont les règles non écrites qui fondent la société.

  19. C’est vrai quoi, il y en a marre de ces différences et de ces discriminations. Pour endiguer les black bloc nous devrions avoir des compagnies de CRS en jupes ou en pantalons mais entièrement féminines. Et, pour rompre avec des millénaires de stupidité, en cas de guerre les filles aussi devraient être mobilisables. Et pour le « crunch » avec les anglais, l’équipe de France féminine devrait affronter l’équipe de la rose masculine…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter