Editoriaux - Histoire - Santé - 2 août 2015

À Renaud Camus : pourquoi les Français ne se révoltent pas

demande aux Français de se révolter. Et je me demande bien moi pourquoi ils le feraient. Stéphane Hessel, plus prudent, avait demandé aux gens de s’indigner. Cela donna les indignés en Espagne, déjà en chute libre, ou SYRIZA en Grèce, qui disparaît déshonoré, sous les risées. Et si la révolte devient violente, cela donnera une réplique catho zombie de djihadisme avec les conséquences dont on se doute : le Président sortant réélu avec le titre de lord protecteur de la République. Une aubaine.

À ce tarif, mieux vaut partir en voyage : je viens de rencontrer un jeune qui rêve de s’installer en Nouvelle-Zélande. C’est la génération du Seigneur des anneaux. 80 % de nos jeunes diplômés des « grandes écoles » quittent la France chaque année.

De passage en France comme chaque été, j’y ai vu un pays toujours en pleine forme ! Sur la côte basque, les jeunes sont beaux et gentils, les jeunes filles sont comme des fleurs, les garçons surfent, les parents consomment. Tout le monde achète la dernière Audi, tout le monde a son appart’ à 6.000 du mètre, tout le monde a le dernier smartphone. Vous voudriez que cette nation se révoltât ?
Il doit y avoir des pauvres, mais on ne les voit plus nulle part, c’est comme en Amérique. Ils ont été remplacés ou métissés ; ne restent que les beaux, riches et intelligents !

Il y a longtemps que l’on se plaint, à droite, de la mollesse de nos contemporains ; Balzac parle du Parisien vulcanisé, deux siècles avant les bobos ; Céline aussi se moque du “Tartuffe prolétarien”. Aujourd’hui, le râleur de droite se contente du Web comme votre rédacteur pour se plaindre de tous ces temps qui passent ; il oublie au passage que Lady Gaga réalise par chanson un bon milliard de connexions et plus d’un bon million de commentaires.

Cette donnée devrait suffire pour comprendre que le peuple a d’autres préoccupations que la révolution ou même la simple rébellion. La population se passionne pour Lady Gaga, le tatouage et les vacances. Point barre. Et quand elle fait partie de l’élite sociale, elle se passionne pour le chalet à Megève et les études de Gontran à Georgetown ou de Géraldine à Cambridge. Tout cela n’empêchera pas le bourgeois infatigable d’apporter son soutien au dalaï-lama reçu par George Bush.

Renaud Camus pense que le devrait suffire à nous révolter. Je ne le crois pas. Le a lieu simultanément partout, et nos amis maghrébins le savent bien : ils seront noirs dans cinquante ans. Toutes les populations qui vieillissent se font remplacer, c’est une loi de l’histoire et surtout de la démographie. Cela se passe en Argentine, en Australie, en Thaïlande. C’est ainsi, aussi, qu’ont fonctionné les légendaires grandes invasions à Rome. Le reste est, certes, affaire de propagande avec la télé, et le reste est surtout affaire d’indifférence et de résignation gentiment assumées. Car on a autre chose à penser : notre santé, le CAC 40, le Tour de France…

À lire aussi

Islam : pourquoi la France est schizophrène

Il y a une bêtise crasse de notre « élite hostile ». …